×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Face à une campagne agricole décevante : Les céréaliers français réclament la suppression de la jachère

Par L'Economiste | Edition N°:193 Le 17/08/1995 | Partager


La campagne céréalière 1995 est décevante en France. La production de blé devrait passer sous la barre des 30 millions de tonnes. La plupart des régions productrices ont accusé des baisses de 10 à 15% par rapport à 1994. Principal mis en cause: la météo. Gel du printemps et chaleur du début d'été ont perturbé la croissance des plantes. Cette situation s'apparente à celle de plusieurs pays où une série d'accidents climatiques ont fortement réduit les récoltes. Du coup, certains experts redoutent l'apparition d'une pénurie sur le marché mondial dès l'automne prochain. En effet, les stocks mondiaux se situent actuellement en dessous de 100 millions de tonnes, un niveau jamais atteint depuis vingt ans. Les stocks de l'Union Européenne sont, quant à eux, passés de 45 millions de tonnes avant la réforme de la Pac (Politique agricole commune) à 33 millions, dont 7 millions pour les stocks d'intervention. Ils devraient encore fondre pour se fixer à 19 millions de tonnes à la fin de la campagne 1995-1996.

La mauvaise campagne, conjuguée à l'importation massive de certains pays tels que la Chine, a provoqué une flambée des prix au Chicago Board of Trade, le plus important marché de matières premières agricoles du monde.
Les céréaliers français s'alarment. Ils dénoncent la décision de la Commission européenne de suspendre ses aides à l'exportation jusqu'au 7 septembre et remettent sur le tapis la question de la suppression des jachères. Ils estiment qu'il est temps de réagir en remettant un maximum de terres à la culture. En outre, les producteurs rejettent la proposition du commissaire européen consistant à ramener de 12 à 10% le taux de jachère obligatoire. Ils réclament la fin du gel des terres et rappellent la promesse faite par leur ministre de l'Agriculture Philippe Vasseur: un taux à un seul chiffre.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc