×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Exposition universelle
Tanger remet son dossier en décembre

Par L'Economiste | Edition N°:2315 Le 10/07/2006 | Partager

. Face à d’autres candidatures, la ville se place en outsider . La stratégie marocaine calquée sur Maroc 2010La candidature de la ville de Tanger pour l’exposition universelle de 2012 prend forme. A quelques jours du dépôt du dossier au bureau international des expositions à Paris, le wali de la ville, Mohamed Hassad a annoncé les grandes lignes de la stratégie marocaine. A ce stade, c’est une structure permanente de suivi qui sera mise en place. Une fois la candidature nationale retenue, une structure dédiée sera montée pour la gestion et le suivi des préparatifs. La feuille de route est calquée sur l’exemple de Maroc 2010. Une association, Tanger Exposition 2012 a, de fait, été mise sur pied. Elle devrait tenir sa première assemblée le 22 juillet prochain. Ses membres sont des élus locaux et des personnalités tangéroises et nationales. Pour le fonctionnement, Hassad a indiqué qu’un budget spécial a été affecté de la part du gouvernement. Pour l’heure le montant n’est pas révélé. “Pour ne pas trop donner de pistes aux concurrents”, souligne-t-on. Par la suite, des comités de soutien à l’échelle régionale et nationale ont été constitués afin d’appuyer la candidature et d’assurer une bonne promotion de la ville de Tanger. Mais déjà, les machines tournent à plein régime côté préparatifs. La ville devra présenter en décembre 2006 un dossier complet. Les terrains sont déjà prêts et ils dépassent largement les besoins. Il s’agit du site du Lac, dans la baie de Tanger et d’une superficie de 75 hectares dont 25 seront dédiés à l’exposition. Le reste sera réservé pour des activités annexes, restauration et communication entre autres.Déjà pour l’aménagement du site, quinze architectes seront sélectionnés pour le suivi des travaux, “avec une préférence pour les urbanistes locaux” précise Hassad. C’est que le wali insiste sur le ralliement de l’ensemble des composantes de la ville au projet. Des réunions sont ainsi programmées auxquelles sont invités les représentants d’institutions publiques et privées et les acteurs de la société civile. De fait, Tanger 2012, un projet auquel tout le monde croit. D’ailleurs, Hassad n’a pas manqué de présenter, dans une conférence de presse tenue jeudi dernier, les atouts de la ville. Le Maroc est le premier pays arabe, musulman et africain à se présenter pour accueillir une exposition universelle. “Il n’est pas question de gâcher nos chances”, indique-t-il. Face à Tanger, de grosses pointures sont en lice, notamment la Corée du Sude et la Pologne qui ont déjà annoncé leur candidature. Mais le Maroc, outsider de taille, a bien l’intention de finir premier.


Yeosu, la rivale coréenne

Alors que la ville de Tanger entame les préparatifs de son dossier pour l’organisation de l’Exposition universelle de 2012, les Coréens avec la ville de Yeosu ont déjà une bonne longueur d’avance. La petite ville située sur la mer du Japon, avec une population deux fois inférieure à celle de Tanger, dispose déjà d’une large présence sur le Net. Bien avant d’annoncer sa candidature, Yeosu disposait d’un site Internet qui détaillait son concept d’exposition, en français et anglais notamment. Les Coréens qui ont à leur actif les Jeux Olympiques de 1988 et la Coupe du monde de 2002 ont compris que la bataille universelle se fera sur la toile.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc