×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Etude de marché: TNS affiche ses ambitions

    Par L'Economiste | Edition N°:2824 Le 21/07/2008 | Partager

    . Croissance de l’activité de 25% en 2008 . De nouveaux produits sur le marché: Cati, études Shopper, études d’image TNS, numéro 2 mondial des études de marché, voit grand. C’est ce que laisse entendre Stephan Hamilton-Clark, directeur de la région Mena, en visite au Maroc la semaine dernière. Opérant au Maroc depuis 2001 avec une dizaine de collaborateurs, le top management ne compte pas en rester là. Comptant aujourd’hui une cinquantaine de salariés permanents, l’entreprise entend se développer davantage. «Nous avons une progression du chiffre d’affaires de l’ordre de 25% alors que celle du marché est de l’ordre de 10%», indique Hamilton. Le secteur, quant à lui, affiche un chiffre d’affaires de l’ordre de 120 millions de DH, avec un taux de croissance de 100% sur les 5 dernières années. «Et, surtout, cela ne fera que continuer», assure Hamilton-Clark. Soit, le secteur est jeune, mais il est porteur car stratégique pour l’entreprise. TNS Maroc s’atèle à présent à implanter la stratégie «Sixty Gear» du groupe. Il s’agit pour elle de développer et consolider l’aspect consulting en plus de l’aspect gestion du projet. «Le “face to face” représente encore au Maroc le principal vecteur de collecte de l’information, alors que, dans les pays développés, il cède la place au “on line”», explique Chadi Abdelhadi, DG de TNS Maroc depuis janvier dernier. L’entreprise met sur le marché le Cati, une offre plus développée en termes de collecte de l’information, avec une saisie simultanée des données. A signaler que l’entreprise s’est installée au Maroc à la demande de ses clients, Coca-Cola et Unilever en l’occurrence, pour les accompagner dans leur stratégie marketing. «Notre politique est de sceller des partenariats, travailler de manière continue avec nos clients pour être capable de faire le lien entre tous leurs projets, afin de mieux anticiper l’évolution du marché», ajoute Abdelhadi. Même le secteur public, offices et ministères, commence à faire appel à l’entreprise. «La démarche est donc entamée», assure-t-il. L’entreprise souhaite développer plusieurs produits pour lesquels elle a déjà une grande expertise à l’international et dont les clients pourront bénéficier en ayant une idée sur ce qui se fait ailleurs. «L’intérêt sur le consommateur n’a jamais été aussi important, Avant, il était difficile d’entrer dans son intimité. Ce n’est plus le cas à présent. Le consommateur veut sortir du lot tout en faisant partie d’un groupe», explique Hamilton-Clark. Parmi ces nouveaux produits, TNS Maroc souhaite développer les études “shopper”. Il s’agit d’observer le consommateur au moment de l’achat. Pour ce faire, il suffit d’installer des caméras dans les magasins ou d’interviewer le consommateur avant et après ses courses pour observer son comportement d’achat. L’entreprise est aujourd’hui 100% marocaine. C’est une première car, avant, elle faisait appel à des étrangers pour la gestion et la formation. La relève est donc assurée. Reste le problème des ressources humaines qu’il s’agit de former. L’entreprise a ses petits secrets: groupes de discussion, cours à l’étranger, séminaires en ligne…


    La grande consommation en tête

    Le secteur de la grande consommation représente l’essentiel de l’activité de la société. «La croissance se fait à travers d’autres secteurs comme les télécoms, l’automobile, la finance ou encore l’immobilier sur lesquels nous misons pour nos plans 2009-2010», dit Chadi. Hamilton-Clark explique que, lorsque l’immobilier a commencé à se développer à Dubaï, tout le monde voulait acheter, la demande était donc supérieure à l’offre. Les promoteurs ne sentaient pas le besoin de faire la recherche. Avec la concurrence, la recherche est devenue primordiale. «La même chose se passera ici», prédit-il. Jihane Kabbaj

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc