×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Economie Internationale

Etats-Unis: Le plan de relance recalé par le Sénat

Par L'Economiste | Edition N°:77 Le 29/04/1993 | Partager

Le plan de relance et de création d'emplois(1) proposé par le président Bill Clinton a été rejeté par la minorité républicaine au Sénat américain. Les Démocrates n ont rassemblé que 56 voix sur les 60 nécessaires pour mettre un terme au blocage opposé depuis mars par les Républicains. Pourtant, à titre de compromis avec ces derniers, l'enveloppe initiale de 16,3 milliards de Dollars, qui devait être consacrée à ce plan de relance avait été ramenée à 12,2 milliards. Malgré donc cette compression le chef de file de la minorité républicaine, le sénateur Robert Dole a maintenu son opposition au programme Clinton: pas de vote sans réductions supplémentaires dans d'autres dépenses. Le sénateur de l'Etat du Kansas, lui, était en revanche prêt à faire une concession. Il avait en effet accepté la possibilité d'organiser à part un vote sur un programme de 4 milliards de Dollars visant la prolongation des allocations chômage.

Ce revers politique, le premier de cette importance pour le président Clinton selon AFP, risque d'avoir des retombées négatives sur le projet de réforme de la santé. Préparé par Mme Hillary Rodham Clinton, l'épouse du président, ce projet est destiné à assurer à tous les Américains une couverture médicale minimale. Il suppose alors des augmentations d'impôts qui viendront s'ajouter à celles déjà annoncées en février.

Le plan Clinton envisageait d'instaurer une taxe sur l'énergie (essence, électricité, gaz...), de hausser le taux d'imposition sur les ménages les plus aisés, sur les sociétés et les retraites. Parallèlement, les cotisations sociales vont également augmenter. L'ensemble de ces augmentations totalise 328 milliards de Dollars.

La "vente" au Sénat de la réforme de la santé dépendra toutefois de la réaction du président. Il devra, indique AFP, "soit passer sous les fourches caudines de l'opposition s'il veut conserver son projet, soit abandonner totalement un plan dont il n'a cessé de souligner la nécessité alors que l'emploi reste à la traîne de la reprise économique"

(1) Rendu public mercredi 17 février ce plan reposait sur deux propriétés: réduire le déficit budgétaire en quatre ans pour le ramener à 200 milliards de Dollars et doper la reprise économique. A cet effet, M Clinton avait proposé des mesures prévoyant la plus forte hausse des impôts jamais connue par les Américains (250 milliards de Dollars), des coupes claires dans les dépenses budgétaires (250 milliards de Dollars), un programme d'investissement à long terme et la création de 500.000 emplois d'ici à fin 1994.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc