×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Esperanza Spalding, déjà grande diva du jazz

Par L'Economiste | Edition N°:3507 Le 13/04/2011 | Partager
Un concert inédit pour le Jazzablanca
Stevie Wonder, Prince... ses «mentors»

La chanteuse Esperanza Spalding manie la contrebasse avec brio. Ses nombreux fans ont pu apprécier son talent à l’occasion du festival Jazzablanca, organisé par Hil’Art Productions jusqu’au 21 avril

A seulement 25 ans, Esperanza Spalding, jeune chanteuse et contrebassiste n’est pas seulement l’espoir du jazz mais elle est aussi l’une de ses plus dignes représentantes. D’ailleurs, pour les puristes du jazz, elle est ce qu’il y a de mieux qui soit arrivé à cette musique ces dernières années. Cette année, après un premier disque «Esperanza» puis un second, «Chamber Music Society », sorti en septembre 2010, sa tournée mondiale l’a conduite à Casablanca où elle s’est produite mardi 12 avril lors du festival Jazzablanca. C’est l’occasion de mieux connaître cette forte personnalité, aux origines délicieusement métissées.

- L’Economiste: Avez-vous préparé un programme spécifique pour le concert de Casablanca?

- Esperanza Spalding: Oui, pour cela j’ai choisi des chansons spécifiques. Ce sont celles de mon dernier album «Chamber Music Society », ainsi qu’un ou deux titres de mes précédents albums.

- A 25 ans, vous avez déjà de prestigieuses récompenses, comme un Grammy Award. Vous êtes certainement la première musicienne de jazz à l’obtenir…

- Être artiste de jazz et remporter un Grammy est quelque chose de très spécial. J’espère que cela attirera plus l’attention sur la beauté de cette musique. Surtout pour les gens qui ne se considèrent pas comme étant des «Jazz fan».

- Votre carrière est aussi riche que celles de « vétérans» du jazz...

- J’ai en effet vécu des moments fabuleux. J’ai eu la chance d’être invitée à de nombreux événements prestigieux tels que le prix Nobel et j’ai pu me produire en live durant de grandes manifestations artistiques aux Etats-Unis ou en Europe. Travailler avec des musiciens de renommée mondiale comme Wayner Shorter, Joe Lavano, Mc Coy Tiner, Prince, Stevie Wonder... m’a également beaucoup appris. J’ai également adoré enseigner et expliquer certaines de mes idées aux étudiants.

- Quelles musiques appréciez-vous?

- J’ai grandi en écoutant une grande variété de musique. Du classique pendant mes études, au R&B et à la pop que j’écoutais à la radio (Price, Dee lite) tout en passant par la musique que ma mère et mon frère jouaient d’habitude à la maison.

- Parmi toutes vos chansons, avez-vous une préférence?


- Non! Car chaque titre est spécial. Ils signifient tous quelque chose pour moi.

- Qu’est ce que vous aimez dans votre métier?

- J’aime la musique, j’adore jouer en live, l’interaction avec les musiciens, les improvisations, le son de la musique qui vous transporte. De plus, j’aime composer des chansons, travailler sur une mélodie qui me trotte dans la tête.

Propos recueillis par
Zineb Satori

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc