×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Enquête

Espagne : Une Université euro-arabe à Grenade

Par L'Economiste | Edition N°:202 Le 02/11/1995 | Partager

Spécialisée dans la formation de managers biculturels, la EAMS a pour objectif de favoriser collaborations et partenariats entre hommes d'affaires arabes et européens.


Cinq siècles après la reconquête de la ville par les Espagnols, Grenade redevient la capitale commune des deux cultures méditerranéennes. A partir de 1996 -l'inauguration officielle est prévue pour janvier-, la ville historique abritera la première et unique Université euro-arabe spécialisée dans le "Master Business & Administration biculturel.
Axée sur la formation à la gestion et direction d'entreprises ouvertes sur les deux mondes, la "Euro-Arab Management Scholl" (EAMS) accueillera chaque année vingt étudiants des hautes écoles de sciences économiques et business international du Maghreb, Proche et Moyen-Orient et d'Europe. Elle sera également ouverte aux cadres arabes et européens et aux professeurs spécialisés.

Pendant un an de cours intensifs et de vie commune dans un superbe édifice du XVIIIème siècle, le "Collège des Enfants Nobles", les étudiants apprendront les spécificités industrielles, commerciales et administratives des uns et des autres. Trois secteurs seront privilégiés: la banque et la finance, l'environnement, l'énergie, les télécommunications et les nouvelles technologies de l'information. "Le programme présentera également des aspects culturels et sociologiques, car l'objectif est de se rencontrer et de se connaître", explique le promoteur du projet, Antonio Lopez Martinez, directeur général de l'Institut de Coopération avec le Monde Arabe et Méditerranéen du Ministère des Affaires Etrangères espagnol.
Le choix de la langue véhiculaire du Master a, semble-t-il, été sujet de nombreuses contreverses: au grand désespoir des francophones de France, de Belgique et du Maghreb, c'est finalement l'anglais, la langue la plus communément parlée dans le Proche et Moyen-Orient, ainsi que la langue internationale du "business" qui l'a emporté. Ceci n'empêchera cependant pas les élèves européens de profiter de leur séjour à Grenade pour s'initier à la langue arabe, et aux élèves arabes de perfectionner leurs connaissances des langues de Molière et Cervantès.

La Ligue Arabe financera-t-elle?


Dix ans ont passé depuis que le 30 mars 1984 le Parlement Européen vota la création de cette Université pour renforcer le dialogue euro-arabe. En 1990, l'Espagne, chargée de mener à bien le projet, propose Grenade, mais la Guerre du Golfe vient paralyser toutes les démarches, qui ne reprennent qu'en 1993.
Actuellement le fonctionnement de l'Ecole est assuré pour les deux années à venir, grâce au cofinancement de la Commission Européenne, qui a déboursé 7,9 millions d'Ecus et du gouvernement espagnol, qui met à disposition les bâtiments et leur entretien (un milliard de Pesetas) et qui octroie des bourses, pour un montant total de 20 millions de Pesetas. "D'ici deux ans, nous espérons que la Ligue Arabe prendra la relève!, annonce ironiquement le responsable espagnol, le projet leur a été présenté en janvier dernier, mais nous n'avons toujours pas de nouvelles... Nous espérons qu'une fois les premiers diplômés sortis et le MBA plus connu, la Ligue et les gouvernements arabes prendront conscience de l'importance de leur participation active dans le projet. Sinon, nous comptons sur les banques et les entreprises privées arabes qui ont tout autant intérêt à ce que l'Université survive".

Lundi 23 octobre, se sont réunis pour la première fois à Grenade les élèves de cette première promotion. Des élèves un peu particuliers puisqu'il s'agissait en fait de professeurs et spécialistes chargés de préparer le programme et le contenu des cours qui commenceront en octobre 1996. Ont notamment participé à cette première session: des experts marocains (Driss Benesrighe, Abdelaziz Lâaraf de la HECI de Casablanca; Mounir Marouki de la HEM de Casablanca; Mahjoub Sahaba, Hafid Agourram de l'ESIG de Casablanca et Rachid Wahabi de ENCG de Sebta), libanais (Abbas Zein, Lama Gebara de la Team International de Beyrouth), égyptien (Tarek Hassan Abdeen et Madbouli Ismail Youssef de la Team International du Caire), palestinien (Mohamed Halyka de la Team International de Jérusalem), anglais (Maizen Alwani de l'Universié de Bradfort-Management Centre) et enfin pour l'Espagne, Roger Bell et Jim Herbolig de l'ESADE de Barcelone et Richard Walker, Ibrahim Abu-Helil et Simon Angelides de l'EAMS même.
Le personnel de direction et administratif de l'Université est, quant à lui, déjà partiellement désigné. Le directeur, choisi parmi plusieurs candidats par un jury international, est Jusep Maria Lloveras, spécialiste du Monde Arabe et membre des services extérieurs de plusieurs entreprises et banques. Il sera assisté de deux directeurs-adjoints arabes.
Outre les cours du MBA, l'Université euro-arabe a également l'ambition d'être un centre de rencontres et d'échanges entre ces deux mondes qui ont tout à gagner à se connaître.

De notre correspondante à Madrid, Pascal BOURGAUX

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc