×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Errachidia: Bonnes prévisions agricoles

Par L'Economiste | Edition N°:2689 Le 09/01/2008 | Partager

. Hausse des précipitations de 17%. L’olivier occupe la deuxième place après le palmier dattierLes paysans du Tafilalet sont contents. La récolte s’annonce sous de bons auspices. «De fait, la moyenne des précipitations enregistrées depuis le début de la campagne agricole est de 42 mm, soit une augmentation de 17 % par rapport à la même période de l’année dernière», révèle l’Office régional de mise en valeur agricole (Ormva) du Tafilalet. La retenue du barrage au début de la campagne est de 167 millions de m3 (Mm3) enregistrant un dépassement de 125% par rapport à la moyenne des réserves enregistrées depuis la mise en service du barrage, soit 74 Mm3. En outre, les apports enregistrés durant les deux premiers mois de la campagne n’ont pas dépassé 9,2 Mm3, accusant ainsi un déficit de 56% par rapport à la moyenne des apports enregistrés pour la même période depuis la mise en service du barrage (21 Mm3). Par ailleurs, le volume restitué est de 5,5 Mm3 destinés à l’irrigation de l’olivier et au lancement de la campagne céréalière au niveau de la vallée du Ziz. La retenue au début du mois de novembre 2007 a atteint par ailleurs 163 Mm3. Face à cette situation, l’Ormva prévoit deux scénarii. Dans le cas d’une campagne normale, un volume minimum de 140 Mm3 est suffisant dans la zone des périmètres dominés par le barrage Hassan Addakhil. Ce volume permet d’assurer les besoins en eau des céréales, des cultures maraîchères, fourragères et de l’arboriculture. Le programme de culture concerne 4.800 ha de la vallée de Ziz et 16.200 ha de la plaine du Tafilalet, répartis entre les céréales, la luzerne, les maraîchages, les oliviers et les palmiers. Dans le cas où les apports du barrage s’avèreraient insuffisants et dans le souci de garantir la sauvegarde de l’arboriculture fruitière, l’Office adopte un autre scénario. Il prévoit de restituer un volume de 100 Mm3 au profit des périmètres concernés. «Ce qui représente 71% du volume prévu par le plan directeur de mise en valeur agricole qui est de 140 Mm3 pour une campagne normale. Toutefois, il enregistre un dépassement de 19% par rapport à la moyenne des restitutions enregistrées depuis la mise en service du barrage», explique-t-on. Aussi, l’adoption de ce programme engendrera une réduction des superficies à emblaver en céréales au niveau de la plaine du Tafilalet et le recours aux stations de pompage pour combler le déficit en eau pour les cultures maraîchères, fourragères et l’arboriculture au niveau de la vallée du Ziz. Mais les agriculteurs de la région comptent sur de nouvelles précipitations pour réaliser au moins les mêmes performances que la campagne agricole 2006-2007. Celle-ci, en effet, a été caractérisée dans la région par des conditions climatiques exceptionnelles. Et de belles performances en matière de récoltes, notamment pour les dattes et les olives. Deux cultures essentielles dans la région. Avec un effectif de 1.127.000 pieds, l’olivier occupe la deuxième place après le palmier dattier et génère annuellement environ 1,5 millions de journées de travail. Cette année, les prévisions annoncent une production record de 20.000 tonnes. De quoi attiser les appétits des industriels.


Irrigation

L’agriculture représente 90% de l’activité économique dans la région du Tafilalet. Sur les 7,7 millions d’hectares que compte la zone d’action de l’Ormva du Tafilalet, 60.000 sont irrigués. Le reste est constitué par des parcours (45%) et des terrains incultes (52%). Le développement de l’irrigation et la mise en valeur des terres agricoles au Tafilalet sont assurés par l’ Ormva du Tafilalet dont la zone d’action couvre la province d’Errachidia et le cercle de Béni-Tadjit, relevant de Figuig. Les programmes de développement de l’Office sont basés sur le développement de l’irrigation, l’intensification et la diversification des productions végétales et animales. L’objectif étant la garantie d’une autosuffisance alimentaire des populations locales et la préservation des ressources naturelles de la région. De notre correspondante,Rachida Bami

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc