×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Equipement communal
Meknès-Tafilalet: Les inconvénients d'une mauvaise classification

Par L'Economiste | Edition N°:1593 Le 03/09/2003 | Partager

Dans la perspective des prochaines élections communales, L'Economiste a choisi de faire le point, région par région, sur le niveau d'équipement des 1.547 localités qui composent le Royaume. La plupart des statistiques livrées ici sont issues du dernier recensement réalisé par la Direction de la Statistique en 2000-2001(1).. La région détient le record des faux centres urbains. Plusieurs projets viennent d'être mis en routeAvec 55,5% de ses 2,1 millions d'habitants vivant en milieu urbain, la région de Meknès-Tafilalet se situe légèrement en deçà de la moyenne nationale (56,6%). Ce chiffre peut étonner, mais s'explique notamment par le fait que la région ne compte pas moins de 20 centres urbains, localités rurales possédant en réalité les propriétés d'une ville, sur un total de 136 communes (dont 111 rurales). Un tel décalage entre la réalité et le statut de certaines communes est certainement, en partie du moins, à l'origine du lourd déficit en infrastructures de la région. Ainsi, 14 d'entre elles se situent dans la préfecture de Khénifra, qui est la moins bien lotie en matière d'infrastructures, notamment médicales. En fait, il semble que ne pas être classée en tant que municipalité urbaine soit un repoussoir pour certaines catégories d'opérateurs privés. Aucun établissement scolaire privé ne se trouve ainsi dans les centres urbains -au nombre de 20- et ils ne regroupent que 14 cabinets de médecins, 34 pharmacies et 7 hôtels. Plus généralement, si la région est au-dessus de la moyenne nationale d'électrification (55%) en matière d'équipements de base puisque 109 de ses communes sont reliées au réseau de l'ONE, 50 localités rurales ne sont pas alimentées en eau potable et 78 n'ont pas de réseau d'assainissement. En outre, 13 communes rurales ne disposent pas d'un dispensaire ou d'un centre de santé, et seules 4 comptent au moins un infirmier privé. Mais le manque de personnel médical est général dans la région. Les structures de santé semblent concentrées dans la commune de Hemrya, qui abrite à elle seule 3 hôpitaux, 6 centres de santé, 6 cliniques, 32 chirurgiens dentistes, 43 pharmacies, 28 médecins généralistes et 154 spécialistes! Enfin, si la région comptabilise 33 centres de travaux agricoles, seule la moitié des communes rurales (56) accueillent un souk hebdomadaire, alors que la campagne meknessie ne compte que trois agences de Crédit agricole. Malgré un certain nombre de retards flagrants, il faut tout de même remarquer que la région de Meknès-Tafilalet est (relativement) bien équipée en matière d'écoles et de bibliothèques. Et surtout, comme cela a notamment été révélé lors de la tournée du wali au début du mois d'août, de nombreux chantiers ont été entrepris pour équiper davantage de douars en électricité et eau potable, daller certaines rues et construire de nouvelles routes. Un exemple à suivre. Et à poursuivre.Igor MARTINACHE---------------------------------(1) Publiée sous le titre Données communales en décembre 2002.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc