×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Environnement et développement durable
Le club Responsible Care s’élargit

Par L'Economiste | Edition N°:1915 Le 13/12/2004 | Partager

. Deux nouvelles sociétés adhèrent à cette charte de la chimie-parachimie. Le nombre de signataires porté à 25La société Colorado et le groupe Hadj frères, spécialisés dans les produits chimiques notamment la peinture, viennent d’intégrer le club «Responsible Care». Les deux entreprises ont officialisé leur adhésion lors du sixième workshop «Responsible care». Organisé par la Fédération de la chimie et de la parachimie (FCP), ce dernier s’est tenu le 9 décembre à Casablanca et avait pour thème «La nouvelle charte Responsible Care et le développement durable». Une centaine de personnes ont participé à cette 6e édition. Parmi les intervenants, le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement, le Conseil européen de l’industrie chimique (CEFIC) ainsi que d’importants groupes tels que l’OCP ou encore Lafarge Maroc. Aujourd’hui, ce sont donc 25 entreprises qui prennent part au Responsible Care, cette charte mise en place par l’International Council of Chemical Associations. Il s’agit de l’engagement de l’industrie chimique mondiale à améliorer les performances en matière d’hygiène, de sécurité et d’environnement de ses produits et procédés, comme l’a rappelé Richard Robson, directeur du CEFIC. Pour le secrétaire général de l’Environnement, Ahmed Bouhaouli, tous les acteurs doivent contribuer à la protection de l’environnement. Il s’est d’ailleurs félicité de la forte participation marocaine aux sommets internationaux sur la protection de l’environnement et de la signature de la convention de Kyoto qui reste à ratifier.Les initiatives d’intégration du développement durable dans l’acte économique, industriel et social sont nombreuses, affirme-t-il. En attestent les chartes de développement durable adoptées ou en cours dans certains secteurs. Ahmed Bouhaouli donne l’exemple de celle signée en janvier dernier à Rabat par les quatre groupes cimentiers opérant sur le marché marocain. A noter que cette charte s’inscrit dans le cadre de l’initiative prise par les principaux cimentiers au sein du World business council for sustainable developement.Le président de la FCP, Khalid Lahlou Mimi, estime, pour sa part, que beaucoup reste à faire et qu’il faut prendre son mal en patience.


Le projet de parc éolien de Lafarge

Pour montrer son engagement dans la protection de l’environnement et le développement durable, le groupe Lafarge a présenté son projet de parc éolien de Tétouan lors de ce 6e workshop. Un investissement de 110 millions de dirhams.Selon Taoufik Logdali, directeur technique de Lafarge Maroc, l’usine de Tétouan sera la première cimenterie au monde à être alimentée directement par l’énergie éolienne. Comparativement à une centrale électrique consommant du charbon, ce projet permettra d’éviter chaque année le rejet dans l’atmosphère de plus de 30.000 tonnes de gaz carbonique. A titre indicatif, il faut planter plus de deux millions d’arbres pour obtenir un effet équivalent, affirme le cimentier. La production d’énergie attendue est de l’ordre de 38 millions de kWh par an. Le parc sera en principe prêt en mai 2005.Yassir LAHRACH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc