×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Enseignement
Le CSE communique sur… le rapport!

Par L'Economiste | Edition N°:2728 Le 05/03/2008 | Partager

. Les lacunes diagnostiquées. Réformes proposées: Un air de déjà-vu?Curieusement, le communiqué de Conseil supérieur de l’enseignement (CSE) est tombé quelques jours à peine après la publication en exclusivité par L’Economiste des axes de la réforme.En tout cas, le rapport sur l’état de l’éducation et de la formation, encore au stade de projet, a été au centre de la réunion les… 25, 26 et 27 février derniers de la 5e session ordinaire du Conseil. Le rapport en question, dont les autorités concernées n’ont soufflé mot jusqu’à maintenant, se propose de dresser un bilan de la réforme de l’enseignement entamée depuis quelque temps déjà. Quoique, de nombreux milieux estiment qu’il faut donner encore plus de temps à la charte de l’enseignement pour pouvoir juger de sa portée. En tout état de cause, le projet de rapport est présenté par ses concepteurs comme un diagnostic qui se veut «complet et riche en enseignements à même d’apporter les corrections nécessaires à la réforme en cours». Il met, en effet, en évidence les lacunes constatées, dont la principale reste une offre pédagogique unilatérale. Offre qui, malheureusement, ne prend pas en considération les particularités des destinataires de la politique d’enseignement et leurs différences tout autant qu’elle manque de la qualité nécessaire. Dans le même ordre d’idées, le rapport note l’existence de deux systèmes d’enseignement supérieur dont le rendement et la productivité demeurent inégaux. La formation professionnelle n’échappe pas non plus au regard critique du rapport. La capacité d’accueil de ce secteur reste limitée, relève le rapport, alors que l’orientation pédagogique et professionnelle freine sérieusement la diversité de l’offre en formation. Première, et non moins grande conséquence de ces lacunes, la confiance qui prévalait en ce qui concerne l’école marocaine est aujourd’hui l’objet de doutes et de sérieux questionnements. C’est certainement là la raison qui a poussé les instances du Conseil supérieur de l’enseignement à souligner «qu’il y a de sérieuses et réelles chances de renforcer la mobilisation autour de la réforme». Notamment en donnant l’impulsion qui manque, et qu’il faut, pour assurer la réussite de l’école marocaine.Que propose-t-on donc? Pas moins qu’une nouvelle problématique de gestion des affaires scolaires basée sur des rapports de confiance avec les partenaires pédagogiques. Et aussi sur des partenariats capables d’assurer davantage de mobilisation autour d’objectifs à atteindre et qui seront déterminés au niveau de chaque collectivité locale. La généralisation de la scolarisation obligatoire doit être renforcée par l’amélioration de l’offre pédagogique. Mais cela ne peut se faire qu’à travers sa diversification et aussi en lui apportant l’appui nécessaire à travers la construction des infrastructures qu’il faut. Le rapport préconise, en outre, de multiplier les lycées-pilotes et de renforcer l’indépendance des universités à travers de nouveaux projets de partenariat à conclure avec les pouvoirs publics. A noter, enfin, que le Conseil a adopté lors de cette session son plan d’action pour l’année en cours.


Outils de réussite

Le rapport sur la réforme de l’enseignement sera rendu public en avril prochain après qu’il ait été soumis à l’appréciation de SM le Roi. Vers la mi-mars, la version définitive du projet de rapport sera examinée en séance plénière du Conseil.A noter que la 5e session ordinaire du Conseil a été l’occasion pour les syndicats de l’enseignement de formuler leurs avis sur le projet de rapport. Au centre de leurs préoccupations, les moyens d’encouragement du corps enseignant dans sa totalité, pour qu’il soit un outil efficace dans la réussite de la réforme. J. E. HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc