×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Enseignement: La Lettre Royale met M. Meziane Belfkih sous les projecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:460 Le 10/03/1999 | Partager

· Le Souverain fixe la méthodologie et les objectifs de la grande réforme de l'enseignement et de la formation
· Les pistes à suivre: Assurer l'égalité des chances et l'adéquation formation-emploi


Le compte à rebours est bien enclenché pour M. Abdelaziz Meziane Belfkih, conseiller de S.M. le Roi et ancien ministre de l'Agriculture et des Travaux Publics. Nommé par le Souverain à la tête de la Commission spéciale chargée de la réforme de l'enseignement, M. Belfkih avait fait preuve tout au long de son parcours d'un grand sens de «rigueur scientifique et intellectuelle et de détermination dans l'accomplissement de ses missions», dira de lui S.M. le Roi.
Il aura jusqu'à la fin de cette année scolaire pour présenter l'ossature de cette charte nationale. Déjà, dans Son Discours du Trône du 3 mars dernier, le Souverain avait affirmé que la réforme de l'enseignement est l'un des plus grands chantiers dont l'urgence et l'acuité ont été plusieurs fois soulignées.
Dans la Lettre Royale adressée à M. Meziane, le lundi 8 mars, S.M. le Roi trace la méthodologie et les objectifs de cette grande réforme. «Pour bâtir l'école nationale marocaine de demain, la réforme doit se concevoir dans le cadre d'une vision globale, empreinte de cohésion, de cohérence, de prospective et suffisamment souple pour permettre l'adaptation aux besoins du présent et aux exigences de l'avenir».
En outre, la Lettre Royale précise la composition de cette commission. Elle regroupera ainsi une trentaine de personnes avec une représentation de toutes les composantes de la société: partis politiques, syndicats, ouléma, experts en éducation, acteurs socio-économiques, notamment. Les membres de cette commission devront faire preuve «d'objectivité et d'impartialité» mais aussi «d'audace et de résolution».
Dans Son message destiné à la Commission, le Souverain a loué les acquis réalisés par le système d'enseignement tout en notant qu'ils ne sont pas toutefois à la hauteur des efforts escomptés. Les faibles scores de l'alphabétisation et de l'adéquation formation-emploi le montrent bien. Ainsi, des dizaines de milliers de diplômés sont au chômage, alors que les entreprises manquent considérablement d'encadrement.
La première piste pour cette commission nationale est celle «d'assurer l'égalité des chances et dispenser les savoirs fondamentaux à chaque Marocain pour l'arracher à l'ignorance». Mais aussi de «satisfaire les besoins grandissants du pays en personnes qualifiées, dotées d'aptitudes professionnelles, et en cadres techniques».
La deuxième piste concerne l'adéquation de l'enseignement et de la formation au marché de l'emploi pour satisfaire les besoins du monde économique. «Parallèlement, écrit le Souverain, il ne faut pas omettre de cultiver l'excellence et préparer l'élite de demain de nos enfants».
Le nouveau système éducatif doit être intégré et doté de passerelles entre ses différents types et ses différents niveaux, avec la mise en place de critères de qualité et d'ajustement pour une réadaptation continue.


Sortir des vieux discours


La commission de M. Meziane ne sera pas la première à se pencher sur les problèmes de l'enseignement. En effet, une charte nationale consensuelle avait été appelée par S.M. le Roi le 16 juin 1994. A rappeler que les principes de base qui avaient inspiré cette charte n'avaient avancé aucune solution concrète. La commission avait ressorti les vieux concepts de l'après-Indépendance: arabisation, généralisation, unicité et gratuité. Aucun mot n'avait été consacré à l'utilité sociale de l'enseignement, à l'adéquation formation-emploi ou encore à l'enseignement privé.

Malika EL JOUHARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc