×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Enquête AnapecLes profils les plus recherchés

Par L'Economiste | Edition N°:1828 Le 09/08/2004 | Partager

. Les techniciens répondent mieux aux besoins du marché de l'emploi que les licenciés. Les femmes appréciées dans l'industrie pour leur dextérité Le nombre de femmes insérées dans le monde du travail en 2003 par l'Anapec (agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences) a été légèrement supérieur à celui des hommes, même si ces derniers étaient plus nombreux à s'inscrire au départ. En effet, sur les 49.000 enregistrés à l'agence, seulement 43% étaient des femmes, alors qu'elles ont représenté 51% des insérés. C'est ce qui ressort du rapport annuel de l'agence pour 2003 (cf. www.leconomiste.com).“Cela vient du fait que certains secteurs en plein boom, comme l'industrie automobile, la fabrication de machines et appareils électriques, l'industrie textile ou les centres d'appel par exemple, préfèrent recruter les femmes pour leur dextérité. Dans les centres d'appel, elles sont appréciées pour leurs qualités communicationnelles”, explique Chafiq Rached, le directeur général de l'agence. Par ailleurs, le rapport de l'Anapec montre qu'une bonne partie des personnes insérées (35,3%) ont un diplôme de technicien, 27% sont des bacheliers, 18% ont une licence ou une maîtrise et 8,5% un diplôme de qualification professionnelle. Sur l'ensemble des inscrits en 2003, les titulaires de diplôme de technicien sont 31,7% et les détenteurs de licence ou maîtrise 26%. Des données qui montrent que les bacheliers et techniciens s'insèrent plus facilement dans le monde du travail que les licenciés. “Nous sommes là devant une problématique. Les candidats ayant un haut niveau de qualification ont souvent du mal à trouver un emploi, tandis que les techniciens sont très demandés. Il existe donc un dysfonctionnement entre la formation et l'emploi”, indique Rached. Mais il est à noter que la majorité des licenciés inscrits ont effectué des études en sciences sociales, sciences humaines et sciences de la vie et de la terre: ce sont des filières où il y a peu de débouchés. De leur côté, une grande partie des techniciens sont spécialisés en commerce, gestion et finances, industrie, électricité, électronique et mécanique et informatique: des spécialités utiles pour beaucoup d'entreprises. Côté âge, les jeunes sont insérés beaucoup plus facilement que leurs aînés. Ainsi, la moyenne d'âge des embauchés est de 27 ans et 71% des candidats insérés ont moins de 30 ans. “Certaines entreprises préfèrent embaucher les plus jeunes parce qu'ils sont souvent plus réceptifs lors des périodes de formation et qu'ils s'adaptent mieux et plus vite à l'entreprise”, explique le DG de l'Anapec. Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc