×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Energies renouvelables
    Place à la production déléguée

    Par L'Economiste | Edition N°:2874 Le 06/10/2008 | Partager

    . L’éolien et le solaire, les sources du partenariat . Objectif: réduire la dépendance des matières fossiles LA stratégie énergétique 2008-2030 fait du charbon «le cœur central» du bouquet électrique. Les interconnexions, l’hydraulique et l’éolien étant considérés comme sources supplémentaires d’appoint (cf. www.leconomiste.com). Mais encore faut-il préciser que l’éolien, en tant qu’énergie renouvelable, n’est sollicité qu’en cas de «projets économiquement rentables», selon le scénario de base de la stratégie de Benkhadra, ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement. Traduire des projets à réaliser de préférence dans un cadre concessionnel. Si bien que «l’initiative 1.000 MW» à partir de l’éolien s’y intègre parfaitement. Avec à la clé des marchés estimés à 25 milliards de DH (cf. édition du mardi 30 septembre). N’empêche que des projets publics ont été déjà réalisés et d’autres sont programmés. Actuellement aux deux parcs d’éolien existants, situés près de Tanger (un total de 54 MW), s’ajoutent celui d’Essaouira (60 MW) et un autre à Tanger (140 MW) prévu en 2009. En janvier 2010, Taza (100 MW) et Tarfaya (300 MW) seront opérationnels. Le complément (450 MW) viendra des sites choisis parmi les douze zones prometteuses où des études d’évaluation sont en cours. Ceci sans oublier l’ambitieux programme «EnergiPro» lancé en 2007 pour le développement de parcs éoliens par les industriels marocains (voir article page 4) En ce qui concerne le solaire, l’ONE a introduit le photovoltaïque à travers l’électrification rurale décentralisée. «Ce mode concerne les foyers éloignés du réseau et l’habitat dispersé. Autrement dit, les contrées dont les coûts de raccordement au réseau sont prohibitifs», est-il indiqué.Quant à la promotion du solaire en milieu urbain, la première microcentrale photovoltaïque, connectée au site de la direction régionale de l’Office, a été réalisée dans le cadre de l’opération Chourouk. D’une puissance de 46 KWc, cette microcentrale permettra de produire près de 70.000 KWh par an. Un projet de réalisation de 1.200 microcentrales photovoltaïques chez des particuliers dans les provinces d’Errachidia et Benguerir vient également d’être lancé. S’agissant de la production d’électricité, l’ONE a entamé la réalisation du projet de la centrale thermosolaire d’Aïn Béni Mathar d’une puissance de 472 MW dont 20 MW d’origine solaire. Le champ solaire couvrira une surface de 200.000 m2 environ. La mise en service des unités de production de cette centrale est prévue à partir du 2e trimestre 2009. Mais le développement des énergies renouvelables ne date pas d’aujourd’hui. Le Maroc a été parmi le peloton des pays précurseurs dans le domaine de l’hydroélectricité. Avec le programme d’un barrage par an, le Maroc bénéficie aujourd’hui d’une manne énergétique appréciable. L’électricité hydraulique, énergie propre par excellence, dont la contribution dépend toutefois des conditions climatiques, représente en 2007 près de 13% de la production de l’ONE et près de 3,5% de l’énergie appelée. Contribution qui demeure néanmoins faible. Pour y remédier, l’ONE envisage de développer sa production d’hydroélectricité à travers des Stations de transfert d’énergie par pompage (Step). Au menu aussi, l’implication du privé dans la construction et l’exploitation de microcentrales hydrauliques. Mais si, de manière générale, «les projets hydrauliques se maintiennent mais à un rythme moindre, ils sont toutefois relayés par les énergies renouvelables d’origine éolienne et solaire», rappelle-t-on auprès de l’Office. Pour la simple raison que les énergies renouvelables font partie de la stratégie de diversification des sources d’approvisionnement. L’objectif ultime n’est-il pas de réduire la forte dépendance du Maroc des matières fossiles?


    Projet à Tarfaya

    L’ONE compte réaliser un parc éolien de 200 à 300 MW à Tarfaya. La production y sera effectuée dans un cadre de concession.L’appel d’offres relatif au projet a été lancé en février 2008 auprès d’entreprises et consortiums préqualifiés. La remise des offres est prévue en décembre 2008 et l’étude des dossiers techniques ainsi que l’ouverture des offres commerciales sont programmées pour février 2009. Et, la mise en service de la première partie du parc est prévue pour fin 2010 pour qu’une année après le projet soit opérationnel dans sa globalité. A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc