×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Energies renouvelables
Gros gisements de croissance

Par L'Economiste | Edition N°:2306 Le 27/06/2006 | Partager

. Plus compétitives et plus performantes. Le coût des installations en baisse . Des avancées mais du retard à rattraperLe moment est propice pour miser sur les énergies renouvelables (ER). Ce n’est pas un hasard si la plupart des pays se sont engagés dans le développement des filières alternatives aux hydrocarbures. Sur ce registre, le choix du Maroc est clair. Dès les années 80, des projets d’envergure, dans l’éolien notamment, ont été réalisés, malgré leur faible compétitivité par rapport aux énergies conventionnelles. Entre temps, le cours du pétrole a flambé et le progrès technologique a permis de réduire les coûts des installations tout en augmentant leurs performances. «Aujourd’hui, le prix du KWh à partir de l’éolien varie entre 30 et 50 centimes, selon les vitesses du vent. En revanche, les filières thermiques classiques qui utilisent les produits pétroliers ressortent avec un prix de 50 à 70 centimes, sans compter les pénalités de pollution», précise Amal Haddouche, directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER). Pour rappel, ces pénalités peuvent atteindre jusqu’à 8 centimes le KWh dans certains pays de l’UE.Au Maroc, les impacts environnementaux sont estimés à près de 20 milliards de DH/ an, soit près de la moitié de la facture énergétique en 2005. Même si leur contribution ne dépasse guère 8% de la production électrique, les ER se sont frayées, en l’espace de 2 décennies, une place non négligeable à travers des projets structurants. Il s’agit de l’électrification rurale décentralisée, de la production de l’électricité de puissance et de l’efficacité énergétique. «Ces programmes ont pour objectifs non seulement d’améliorer les conditions de vie des populations rurales, mais aussi de réduire la dépendance énergétique et de préserver les ressources naturelles, forestières en particulier».- L’approvisionnement énergétique du monde rural est l’un des axes stratégiques de la politique énergétique du Maroc. Ainsi, l’électrification rurale décentralisée (ERD) mise sur les rails en 1996 devient une composante du PERG. D’où la forte progression de l’utilisation des systèmes solaires photovoltaïques. Au total, entre 1998 et 2005, près de 25.000 foyers répartis dans près de 1.700 villages bénéficient de l’électrification. L’objectif final du programme étant d’équiper 300.000 foyers à l’horizon 2008. Parmi les technologies utilisées, le photovoltaïque (PV) et les mini et micro-centrales hydrauliques pour les villages proches d’une source d’eau pérenne. Pour cette technologie, le potentiel est estimé à 200 sites en régions montagneuses, difficiles d’accès.A ce jour, 7 mini-centrales hydrauliques sont opérationnelles dont la plus grande est basée à Taroudant pour une puissance de 250 KW.Pour le pompage solaire, le Maroc compte 380 systèmes. Le processus connaît depuis peu un net ralentissement. Cependant, le programme de généralisation de l’accès à l’eau potable, lancé par l’Onep, devrait relancer le pompage solaire.- L’électricité de puissance devrait s’appuyer essentiellement sur l’éolien de puissance connecté au réseau. «Les études du CDER démontrent l’existence d’un potentiel industriel de plus de 6.000 MW dans les zones les plus ventées».Au niveau des réalisations, un parc de 50 MW de puissance a été construit et mis en service dans le cadre de la concession accordée par l’ONE. Plus récemment, Lafarge Maroc a lancé son parc éolien de 10 MW. En outre, plusieurs projets, portant sur près de 600 MW, devraient voir le jour d’ici 2012. Enfin, la libéralisation du secteur électrique présente des opportunités importantes pour l’éolien.- L’efficacité énergétique a connu de gros progrès dans les principales filières comme l’eau chaude solaire, le bois énergie et la maîtrise de l’énergie dans le bâtiment.L’eau chaude solaire a été introduite dès les années 70 mais n’a pas connu un véritable essor. Aujourd’hui, le Maroc est en train de rattraper son retard grâce notamment au programme de promotion de chauffe-eau solaires (Promasol).Le parc actuel de chauffe-eau solaires (CES) est estimé à 140.000 m2 de capteurs solaires. Le marché croît à plus de 20.000 m2/an. L’objectif étant de doubler cette capacité dans 3 ans pour atteindre 40.000 m2/an.Pour le bois énergie, les résultats sont mitigés. L’introduction du biogaz dans le milieu rural n’a pas eu de grand impact. D’où la rupture des programmes et la dégradation du patrimoine. Ainsi, sur plus de 300 digesteurs réalisés, la moitié est à l’arrêt. En revanche, en milieu urbain, les chaudières améliorées ont été adoptées par les hammams publics. Celles-ci ont été développées par le CDER avec l’appui de la coopération allemande. Aujourd’hui, une quarantaine de chaudières améliorées fonctionnent et dégagent 50% d’économie de bois.Enfin, la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments a été introduite dans les années 80, ciblant en priorité le secteur industriel. Ce qui a permis de réaliser des audits énergétiques sur un échantillon d’entreprises et de former des cadres dans ce domaine.


Les réalisations du CDER

Le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) mène plusieurs actions dans les domaines de la maîtrise de l’énergie et de l’efficacité énergétique dans les secteurs tertiaire, industriel et résidentiel. Parmi les projets-pilotes, le programme prioritaire d’efficacité énergétique dans le secteur de la santé et dans les établissements à caractère social.Les études préliminaires du CDER estiment le gisement d’économie potentiel entre 15 et 20% de la facture en moyenne, soit près de 5% de la consommation énergétique nationale. Mouna KABLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc