×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Energies renouvelables
Des atouts mais aussi des inconvénients

Par L'Economiste | Edition N°:1792 Le 17/06/2004 | Partager

. Elles assurent l’autonomie énergétique dans les zones enclavées. Leur coût appelé à baisser avec leur développementLE principal atout des énergies solaire, éolienne et hydraulique est d’être renouvelables et donc inépuisables. Autrement dit, pas de risque de pénurie ni de rupture de stock. De plus, la matière première est gratuite, à l’exception du bois. Ce sont des ressources locales qui offrent par ailleurs une autonomie énergétique appréciable dans les régions enclavées où l’approvisionnement en énergies fossiles est difficile tout comme le raccordement au réseau électrique. “L’utilisation des énergies renouvelables nous incite à reconsidérer certaines orientations de l’aménagement du territoire”, assure Abdelali Dakkina, directeur du Centre d’information sur l’énergie durable et l’environnement (CIEDE).Concernant le coût des équipements, il est amené à se réduire au fur et à mesure que l’utilisation de ces ressources se généralise. “Pour les systèmes photovoltaïques, l’on estime que le coût sera divisé par 3 d’ici à l’an 2010”. En outre, ajoute le directeur du CIEDE, l’évaluation financière de ce type d’investissement doit tenir compte des bénéfices induits tels que les emplois et commerces créés et autres nouveaux débouchés. L’investissement présente plusieurs atouts. Tout d’abord, le coût de la maintenance des équipements est généralement faible et connu à l’avance. Ensuite, l’approvisionnement en ressources primaires est indépendant des variations du marché de l’énergie puisqu’elles sont gratuites. Enfin, sur le plan environnemental, ces ressources ne génèrent pratiquement pas de pollution: ni gaz à effet de serre ni déchets, pas de nuisances sonores ni olfactives et très peu de nuisances visuelles.Cependant, la grande différence entre énergies fossiles (pétrole, gaz) et renouvelables a trait aux applications destinées à répondre aux besoins humains. “A partir des premières, il est possible de décliner l’ensemble des applications. En revanche, l’usage des secondes se limite à quelques applications. Ce qui restreint leur usage”, explique Dakkina. En réalité, ces énergies ne sont pas toutes disponibles de façon constante (soleil, vent,…). De plus, elles sont dispersées et peu transportables sous leur forme originelle, à l’exception du bois. “La plupart du temps, il faut les utiliser sur le lieu même où elles se manifestent. Ce qui ne concorde pas toujours avec les concentrations de la population”, précise-t-il.Hormis la biomasse dont les applications peuvent couvrir tous les usages, y compris le carburant, la plupart des énergies renouvelables restent cantonnée à une ou deux applications. En tout cas, elles ne sont pas naturellement adaptées aux transports non électriques. Bien sûr, comme la majorité de ces filières conduisent à l’électricité, il est toujours possible d’obtenir les autres services énergétiques à partir de cette électricité mais les techniques sont complexes et coûteuses.M. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc