×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Energie: Les Britanniques paient pour les Européens

    Par L'Economiste | Edition N°:2838 Le 11/08/2008 | Partager

    . Tarifs élevés imposés par EDFLes grands fournisseurs d’énergie européens, le français EDF en tête, «puisent dans les poches» des consommateurs britanniques en leur imposant des tarifs élevés pour pouvoir maintenir des prix bas dans leur pays d’origine, selon un organisme de consommateurs. «Le protectionnisme des marchés européens de l’énergie a pour conséquence au final de puiser dans les poches des consommateurs ici» (au Royaume-Uni), a estimé Ed Mayo, directeur général de l’organisme de protection des consommateurs Consumer Focus dont les attributions viennent d’être étendues par le gouvernement. «Le risque existe que les clients britanniques d’EDF finissent par subventionner leurs homologues français», a-t-il ajouté. EDF Energy, filiale britannique du géant français, a annoncé fin juillet une hausse de 17% pour l’électricité et de 22% pour le gaz, après une augmentation de respectivement 7,9% et 12,9% en janvier. British Gas vient d’annoncer une augmentation de 35%. Le gouvernement français -qui détient 84,8% du capital d’EDF et 35,7% de GDF Suez- a indiqué mercredi que le prix de l’électricité pour les particuliers allait augmenter de 2% et celui du gaz de 5%. Le gaz avait progressé de 4% en janvier et 5,5% en avril, et l’électricité de 1,1% en août 2007. Dans un communiqué, EDF Energy a nié tout «subventionnement» entre le Royaume-Uni et la France, soulignant que «les deux marchés opèrent différemment et de manière indépendante». «La raison pour laquelle les factures d’électricité sont inférieures en France, c’est parce qu’il y a la production nucléaire», a-t-elle ajouté. Selon la presse britannique, la facture énergétique annuelle moyenne d’un foyer britannique va passer de 1.005 livres (1.269 euros) à 1.211 livres (1.530 euros), tandis que pour un foyer français, elle va passer de 1.013 livres à 1.061 livres. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc