×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Courrier des Lecteurs

    En bref

    Par L'Economiste | Edition N°:499 Le 04/05/1999 | Partager

    · Japon: La relance tarde à venir
    Le ministre japonais des Finances Kiichi Miyazawa a exclu samedi à Manille la mise en oeuvre de nouvelles aides fiscales pour relancer l'économie nipponne.
    En revanche, il a reconnu que son gouvernement n'était pas parvenu à faire repartir les investissements du secteur privé et la consommation des ménages. Cela ne l'empêchera pas de poursuivre l'application du programme de restructuration des entreprises.
    Le ministre a indiqué que le Japon envisageait une rallonge budgétaire pour alimenter de nouvelles mesures de stimulation de l'économie au cours de l'année fiscale.
    Le ministre japonais a également réaffirmé la volonté de son gouvernement d'aboutir malgré tout à un taux de croissance positif en 1999.

    · Baisse des taux en Malaysie et au Portugal
    La Banque centrale de Malaysie a réduit lundi de 6,5 à 6% son taux d'intervention à trois mois. Le gouverneur de la Banque Negara (Banque centrale) Ali Abul Hassan Sulaiman a indiqué que cette réduction du taux reflétait «la tendance à la modération du taux d'inflation» et permettrait de soutenir les «développements positifs récents» de l'économie.
    En revanche, l'Association Portugaise de Banques (APB) a annoncé lundi une légère baisse de 0,0285 point de son taux indicatif pour les opérations à 90 jours et de 0,0166 point pour les opérations à 180 jours. Ces taux sont fixés désormais respectivement à 8,4023 et 8,4048%.
    Les taux indicatifs de l'APB sont fixés à partir de la moyenne des taux de crédit pratiqués par les huit principales banques portugaises.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc