×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Trop de censure tue la créativité

Par L'Economiste | Edition N°:2745 Le 31/03/2008 | Partager

. Favoriser également l’écoute sans sombrer dans les rigidités mentales . Le travail en groupe fortement conseillé Comment devenir créatif dans l’entreprise? Aucune gélule miracle n’existe, ni d’archétype du créatif. Mais le mélange des personnalités au sein du groupe est fortement conseillé. L’idée est de mettre plusieurs personnes à contribution parce qu’elles ont plus de chance de trouver des solutions innovantes qu’une seule. «En créativité, l’unité de travail est constituée par le groupe», soutient Philippe Verhaeghe, professeur consultant au CRC-HEC et spécialiste en créativité appliquée(1). Et la créativité consiste à prendre un chemin que l’on ne connaît pas quand tous les autres sont bouchés, poursuit cet expert. Le groupe constitué et chapeauté par un chef de projet devrait se plier à des règles de travail. Les premières se rapportent à quatre points que l’expert résume dans le CQFD. Ce qui veut dire pas de Censure, des idées en Quantité, Farfelus, soyez les bienvenus et Démultipliez chaque idée. Mais la règle la plus importante est celle concernant la censure. «Pas de censure, sinon ça ne marche pas», affirme Verhaeghe. Ce qui suppose aussi que les managers marocains ont des efforts à fournir pour encourager la créativité. Dans beaucoup d’entreprises, la censure est la règle et le salarié est rarement invité à proposer des idées. Une fois les règles du jeu établies, le groupe pourrait s’appuyer sue une méthodologie de travail. Celle déclinée par l’expert est la PAPSA qui s’articule en cinq phases: la perception, l’analyse, la production, la sélection et l’application. Mais avant de démarrer, le manager doit formuler sa vision ou l’objectif poursuivi. Le plus important est de savoir où on veut aller. Ce qui suppose de bien définir la problématique à atteindre. Par la suite, celle-ci est soumise au groupe qui doit la reformuler en une seule phrase. L’exercice à effectuer est d’essayer de réécrire la  phrase-objectif en prenant le soin de ne pas utiliser la lettre «R». Cet exercice permettra, selon Verhaeghe, d’élargir la perception de l’objectif par le groupe et de se l’approprier.L’étape suivante est la carte mentale. Le principe de cette carte est que nos mémoires fonctionnent mieux sur un plan ou comme un réseau que sur la base d’un système logique. Sur une feuille l’objectif pourrait être inscrit dans un cercle et le groupe est invité à répondre à la question: de quoi va-t-on parler pour atteindre l’objectif fixé? C’est la phase de l’analyse durant laquelle toutes les idées doivent être notées avant d’effectuer une classification par mots-clés. Ces mots peuvent être regroupés dans des corbeilles avec chacune un nom générique. «La batterie de mots-clés permet de décomposer le process du problème».Lors de ces «séances» de créativité, il faut jouer le jeu et le faire respecter. Il faut également favoriser la concentration et écouter les autres sans préjugés ni rigidités mentales. Durant cette période, le manager ne doit pas travailler sur la motivation mais sur le challenge. Il doit également tracer les lignes à ne pas franchir par le groupe et ce, en fonction de l’objectif tel qu’il a été reformulé. «Le groupe est toujours satisfait de savoir où on veut aller», commente Verhaeghe. Le manager doit donc fixer ce qu’il veut, ce qu’il souhaite, ce qu’il tolère et ce qu’il refuse.


Une «solution B» systématiquement

Le groupe peut s’appuyer sur la technique des six chapeaux qui permet de trier les idées en fonction des couleurs des chapeaux (voir schéma). Cet exercice consiste à transformer les idées du chapeau noir, à savoir les gros risques et les ennuis, en idées jaunes (des solutions) ou en rouge (tout ce qui est émotif). La finalité étant d’avoir des idées neuves qui pourront être appliquées et également une idée sur les risques et les palliatifs. L’avant-dernière étape dans cette quête d’idées nouvelles est la sélection. Son but, selon l’expert, est double: trouver l’idée qui conviendra le mieux et celle sur laquelle chacun s’accorde à penser qu’elle est la meilleure. Pour cela, Verhaeghe recommande de demander au groupe de bâtir des matrices individuelles comportant autant de lignes qu’il y a d’idées à trier et trois colonnes regroupant l’originalité, la faisabilité et l’efficacité. Il faut aussi proposer un scoring et laisser à chaque individu le soin de noter l’idée soumise. Par la suite, il suffit de faire les sommes générales et dégager l’idée qui aura le score le plus élevé.


La technique des 6 chapeaux

Elle est très simple à mettre en place et permet d'entretenir la créativité d'un groupe tout en la régulant.Le blanc: Connaissance du problème, des manquesd'information, des questions à traiter, bref, c'est le cahier des charges constaté par le groupe et vous-mêmeLe jaune: Demander au groupe d'y inscrire a priori toutes les solutions qu'il entrevoit mais qu'il faudra ensuite corrigerLe rouge: Le groupe y inscrira tout ce qui relève de l'émotif dans ce projet. Cela peut être du social, la beauté, la peur etc.Le noir: Les idées à surtout ne pas prendre en compte, les grosrisques, les futurs ennuis.Le bleu: C'est votre chapeau ou celui réquisitionné par un desmembres du groupe. Il signifie que la règle gagnerait à être respectée.Le vert: C'est le chapeau des idées neuves qui pourront êtreappliquées et devront être mises sous forme de projet.Source: Séminaire APDKhadija MASMOUDI------------------------------------------------------------------(1) Lors du séminaire organisé par l’Association pour le développement jeudi 27 mars à Casablanca

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc