×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
L'ONA sensibilise à la sécurité en milieu professionnel

Par L'Economiste | Edition N°:2315 Le 10/07/2006 | Partager

. Objectif: former le personnel et homogénéiser les politiques des filialesL’activité industrielle présente toujours un risque pour le personnel, pour les riverains ainsi que pour l’environnement. De graves accidents tels que ceux de Chernobyl, Bhopal ou AZF peuvent même condamner l’entreprise à la disparition. Consciente de l’enjeu, l’ONA a organisé une journée sur la sécurité industrielle au profit du personnel de ses filiales. «Il s’agit de sensibiliser à l’importance de la sécurité industrielle en tant que condition pour la pérennité de l’entreprise. Et aussi de faire en sorte que les orientations en matière de sécurité soient partagées par l’ensemble des filiales», explique Mohamed Aziz Derj, directeur de la Qualité, Sécurité et Environnement. Au Maroc, peu d’avancées ont été faites en matière de sécurité industrielle. Il est aujourd’hui en net décalage par rapport à la pratique internationale comme le prouve sa législation surannée. Cette dernière qui remonte à 1914 n’est plus en mesure d’encadrer une activité dont les risques ont substantiellement augmenté suite à la rapide évolution technologique. La loi fait également référence à une nomenclature d’activités qui est aujourd’hui dépassée. Ce cadre vieillot est en passe d’être modernisé grâce à un projet de refonte qui vise entre autres à adapter le cadre législatif et réglementaire à l’évolution économique et à l’impératif de protection de l’environnement. De nouvelles notions y sont introduites telles que l’installation classée qui remplace l’établissement classé. Le projet de loi a, par ailleurs, le mérite de réactiver les études d’impact environnementales. Ces derniers sont des dossiers élaborés pour répondre à des questionnements ou litiges concernant des projets ou actions vis-à-vis de l’environnement. Le recours aux études d’impact a bien démarré au Maroc en 1992 mais cette pratique a très vite perdu du terrain à cause de l’inapplication de la loi qui existe depuis 2003. Le renforcement du contrôle et l’aggravation des sanctions en cas de non-respect de la réglementation s’imposaient en raison de l’attitude du laisser-aller des entreprises vis-à-vis des considérations de sécurité. A part quelques entreprises structurées, le reste souffre d’un déficit en matériel ou ne fait pas assez d’effort dans le sens de la formation ou la sensibilisation du personnel aux techniques de la maîtrise des risques. Les autorités, par leur laxisme, cautionnent cet état de fait, ce qui peut parfois conduire à des conséquences dramatiques. La préservation de la sécurité au sein de l’entreprise est d’abord une question d’hommes, souligne Derj. «La sécurité est une question de bon sens et elle exige de simples réflexes qu’il faut appliquer en interne». C’est d’ailleurs pourquoi, la politique de l’ONA en la matière repose essentiellement sur la formation du personnel à l’analyse des risques, la préservation des biens et des riverains ainsi que la protection de l’environnement. Elle s’appuie également sur le renforcement des moyens de protection et les équipements de sécurité.Morad EL KHEZZARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc