×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Licences professionnelles
    Public et privé feront chambre commune

    Par L'Economiste | Edition N°:2824 Le 21/07/2008 | Partager

    . 100 filières préparées en commun. Reste à régler l’habilitation des écoles privéesParmi les premiers objectifs du plan d’urgence de formation professionnelle, la création d’une série de licences professionnelles. Le plan table sur un partenariat public-privé pour répondre à la demande croissante du marché du travail. Avec une cadence de 25 nouvelles licences professionnelles par an, le gouvernement espère atteindre 100 nouvelles filières d’ici 2012. Les premières seront créées dès la rentrée de septembre au profit de 625 inscrits (pour arriver à 2.500 en plein régime en 2012). L’organisation de ces licences se décline en deux options: la première consiste à compléter la formation initiale des lauréats de l’université ou de l’OFPPT (titulaires de bac+2), par un programme spécialisé d’une année dans les secteurs prioritaires. La deuxième est la création d’un cursus de 3 ans pour les bacheliers, afin de les orienter dès la première année de l’enseignement supérieur vers les filières très demandées sur le marché. Tous les diplômes seront délivrés par les universités, y compris pour les formations dispensées dans les établissements de formation professionnelle privés. Serait-ce le début d’une réconciliation entre l’enseignement supérieur public et privé? Tout porte à le croire avec la création de ces licences. Pour la première fois, les lauréats du privé auraient droit à un diplôme des universités publiques. Déjà en 2007, un accord-cadre a été signé entre le gouvernement et les représentants des écoles privées. Mais le seul point réglé à ce jour est celui des arriérés d’impôts, pour le reste rien n’a changé. Cet accord a, entre autres, posé quelques principes de base pour la création de ces licences. Selon Mohamed Barkaoui, président de l’Université Hassan II de Ain Chock, les écoles privées souhaitant participer à ce programme doivent répondre à certaines conditions. La première étant d’être déjà autorisées (opérationnelles). Ensuite, elles doivent déposer une demande d’accréditation auprès de l’université de la région. «Les textes régissant l’accréditation des établissements privés sont déjà prêts; ne reste que son passage au Conseil des ministres», explique Barkaoui. Selon Jamal Eddine Tebbaa, directeur général de l’Ecole supérieure de gestion (ESG), «on peut applaudir tout en restant sceptique». La lenteur des procédures et la régidité des mentalités sont les principales raisons évoquées par le directeur de l’ESG. «Le projet de réforme de l’enseignement supérieur est le parfait exemple; nous avons mis 4 mois pour le voter, et dix ans pour son application», martèle-t-il. Les enjeux sont de taille. D’une part, répondre à la pénurie de la main-d’œuvre. D’autre part, rapprocher les universités du marché de travail, qui, depuis toujours, ont été considérées comme des «fabriques de chômeurs».


    Apprentissage de l’agriculture

    Le plan «Maroc vert» a défini une nouvelle orientation pour le secteur agricole. Une enquête réalisée par le ministère de l’Emploi, a identifié plus de 20 métiers porteurs, 51.400 emplois potentiels et 76.240 places d’apprentissages offertes par les exploitants agricoles. Pour ce faire, un plan d’action a été mis en place et devra coûter une enveloppe de 340 millions de dirhams (dont 140 millions supportés par le ministère de l’Agriculture). L’objectif de ce plan d’action est de créer 6 centres de formation par apprentissages (CFA) et l’extension de 7 déjà existants. Aziz EL YAAKOUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc