×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Les managers qui bougent

Par L'Economiste | Edition N°:2388 Le 26/10/2006 | Partager

. Un DG régional pour Le Méridien/Sheraton Valentino Bertolini est de retour depuis début octobre au Maroc à la tête du Royal Mansour Méridien, où il a déjà exercé comme directeur général de 1996 à 1998. Du Maroc, le patron du Méridien Royal Mansour assumera également toute la responsabilité des chaînes Le Méridien et Sheraton du groupe Starwood en Afrique du Nord et de l’Ouest. Le Méridien et Sheraton (Starwood) possèdent des unités en Algérie (Alger et Oran), en Tunisie (Tunis et Hammamet), en Mauritanie, au Sénégal, en Gambie et en Côte d’Ivoire. La position du Maroc dans la stratégie du groupe évolue donc puisqu’il a désormais le statut de direction régionale. Au Maroc, le portefeuille de Méridien et Sheraton (Starwood) comprend Le Royal Mansour Méridien à Casablanca, Le Méridien N’fis à Marrakech, le Sheraton Casablanca et le Luxury Collection Amphitrite à Skhirat. Valentino Bertolini est un professionnel expérimenté de l’hôtellerie, où il a commencé très jeune. Il a dirigé plusieurs hôtels de luxe dans des grandes métropoles mondiales: le Four Seasons et le Grovenorhouse à Londres, Excelsior Gallia à Milan, Sheraton Héliopolis et El Gezirah au Caire et Sheraton Casablanca. Bertolini a la double nationalité, italienne et suisse. Il est marié et père de deux enfants.. L’ex-délégué adjoint de la CGEM pilotera le PAAP 2Omar Oukrid, qui a été jusqu’en septembre dernier directeur adjoint de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) vient d’être nommé au poste de directeur général du Programme d’appui aux associations professionnelles, PAAP 2. Sa mission consiste à financer les projets de développement des associations professionnelles afin de leur permettre de jouer pleinement leur rôle d’interface de leur secteur ainsi que de coordination, de conseil et d’accompagnement des entreprises. Le PAAP est un des outils de soutien à la mise à niveau de l’économie marocaine, financé par l’Union européenne.Omar Oukrid n’arrive pas en terrain inconnu, il a passé l’essentiel de sa carrière au sein de la CGEM et maîtrise les rouages de fonctionnement de la Confédération et des mécanismes du PAAP. Il a d’ailleurs dirigé la première phase de ce programme, arrivée à terme en septembre 2005. Le directeur général du PAAP est diplômé en Ingénierie de l’Information et titulaire d’un DESS en Ingénierie de formation. Omar Oukrid est marié et père de deux enfants.. Benaïcha promu DGA à Bureau Veritas Omar Benaïcha, 35 ans, a été promu directeur général adjoint de Bureau Veritas Maroc. Il reportera à Mohamed Zribi, administrateur général non résident, basé à Bureau Veritas Tunisie, auquel est rattaché Bureau Veritas Maroc. Omar Benaïcha succède à Christian Guinard. Il a sous sa supervision une équipe de 28 personnes. Omar Benaïcha a rejoint le groupe Bureau Veritas en 2001 en provenance de Drapor où il était chef du service Qualité et Sécurité. Officier ingénieur, diplômé de l’Institut supérieur des études maritimes (Isem) à Casablanca, Omar Benaïcha a débuté sa carrière à la Comanav en qualité d’ingénieur machiniste. Dans un navire, c’est la personne qui a la responsabilité de la maintenance et de la gestion de la sécurité à bord. Il est aussi titulaire d’un diplôme d’administrateur des affaires, grâce au programme conjoint de l’Université du Québec et de l’Isem.Avant sa nomination au poste de DGA de Bureau Veritas, Omar Benaïcha était directeur technique de BVQI Maroc depuis mars 2005, où il avait la responsabilité de la gestion des activités de certification de Bureau Veritas, avec un portefeuille clients d’une centaine d’entreprises. . Les écoles d’ingénieurs veulent se regrouperAfin d’assurer une coordination des programmes et de développer l’échange d’expériences, les écoles d’ingénieurs publiques envisagent de se regrouper dans une structure dédiée, la Conférence des grandes écoles, un peu sur le modèle des grandes écoles françaises. Dans le privé, il existe une association similaire où siègent les grands établissements d’enseignement supérieur.. Assises de la formation professionnelleAprès deux reports, les premières Assises nationales de la formation professionnelle se tiendraient à Rabat les 31 octobre et 1er novembre, et ce, sous la présidence du Premier ministre.Pour vos nominationsMerci d’adresser les changements intervenus dans votre organigramme et vos nominations à [email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc