×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Les entreprises qui font rêver les jeunes diplômés

    Par L'Economiste | Edition N°:2824 Le 21/07/2008 | Partager

    . TNS Sofres réalise une étude auprès de 411 étudiants . L’énergie fascine, la crise du pétrole fait fuir. La finance vit un léger désamourLe quotidien français «La Tribune», commente dans son édition du 3 juillet 2008 une étude TNS «grandes écoles» sur les entreprises que les jeunes diplômés affectionnent. La plupart de ces groupes possèdent des filiales au Maroc.Les banques restent prisées. Elles sont citées spontanément par les jeunes diplômés. En effet, BNP Paribas et Société Générale devancent la concurrence. Il est vrai cependant que l’enthousiasme des jeunes diplômés à les intégrer s’est calmé, non seulement à cause de la crise financière, mais aussi de l’affaire Kerviel. Ce trader qui avait fait perdre 5 milliards d’euros à la Société Générale. En effet, dès qu’une liste d’entreprises est soumise aux étudiants, les banques dégringolent au classement. Seule la banque anglaise HSBC fait grimper son score chez les commerciaux. Elle ne ressent pas les effets de la conjoncture actuelle et tient tête à la concurrence. Ainsi, elle mène des actions auprès des jeunes diplômés de quelques écoles cibles en organisant des rencontres entre professionnels de la banque et étudiants mais aussi en les accueillant dans les agences et les salles de marché.L’industrie lourde et l’énergie ont également le vent en poupe. Ces deux secteurs attirent le regard des étudiants fraîchement sortis du système scolaire. Les leaders français de l’énergie sont les plus sollicités. Gaz de France-Suez, qui a bénéficié de l’effet de fusion, fait partie des organisations les plus convoités par les futurs diplômés. Ce groupe va embaucher 20.000 personnes dans le monde, par an. En effet, ayant connue une forte croissance, GDF Suez a mené l’année dernière sa première campagne de recrutement. Pour se rendre plus attractive, elle a mis en place toute la panoplie d’outils de recrutement: présence forte sur les forums des écoles, des parcours de formation d’une durée minimum d’un an…Areva, autre grosse pointure de l’énergie, fait un tabac auprès des jeunes étudiants grâce à des partenariats privilégiés avec 60 universités, écoles d’ingénieurs et de commerce. Son retournement d’image en faveur du nucléaire, au détriment des énergies fossiles comme le pétrole ou le charbon. Le numéro un mondial du nucléaire embauche aujourd’hui 4.000 personnes en France, dont 600 nouveaux diplômes. Les entreprises du CAC 40 font aussi rêver les étudiants par leur grandeur. Danone, qui favorise le bien-être et la santé grâce à ses produits, figure, avec BNP Paribas, parmi les entreprises les plus citées par l’échantillon d’élèves (411) sur lequel l’enquête s’est basée. Ce retour en force des entreprises comme L’Oréal ou Danone s’explique par les actions de campus management. Par exemple, L’Oréal fait des présentations très pointues dans les 15 écoles avec qui elle est partenaire, son PDG se déplaçant plusieurs fois sur les campus. Un autre concept très original: les business games intéressent les étudiants. Ce sont des dîners dont les convives sont composés d’étudiants mais aussi de cadres qui les renseignent sur chacun des métiers de l’entreprise. Avec cela, les stages sont un excellent levier de recrutement. D’ailleurs, 75% des juniors embauchés chez L’Oréal sont issus des 800 stagiaires qu’elle accueille annuellement.


    Les cabinets d’audit aussi

    Les cabinets d’audit gagnent aussi du terrain et font leur apparition en très bonne position dans le palmarès réalisé par TNS Sofres. En effet, trois cabinets sont cités spontanément par les commerciaux. Parmi eux, PriceWaterhouseCoopers représente un certain prestige mais qui est aussi une école. Son image de formateur se confirme avec plus de 200.000 heures consacrées à la formation mobilisant ainsi 300 animateurs. Ce cabinet va aussi à la rencontre de ses futurs collaborateurs en participant aux forums étudiants de plus de 30 écoles. Ernst & Young, autre cabinet d’audit prisé par les diplômés d’écoles de commerce, crée, dans le cadre de partenariats, une relation de long terme avec les étudiants. Il accorde une importance particulière à les soutenir dans la réalisation de projets en accord avec ses valeurs, qu’il s’agisse de projets sportifs, culturels ou humanitaires. Il les fait aussi bénéficier de l’expertise et de la disponibilité de ses collaborateurs. Younes BENOUHOUD

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc