×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & carrière
Les DRH découvrent les vertus du think-tank

Par L'Economiste | Edition N°:1779 Le 31/05/2004 | Partager

. Constitué de grandes structures, le Club Alliance DRH boucle une année d’existence. Deux thématiques actuelles: La gestion des talents et l’innovation La création du Club Alliance DRH est partie de l’idée de doter les responsables RH d’un forum de partage de leurs expériences sur les meilleures pratiques dans nos structures, assure Zakaria Rbii, DRH de Kraft Foods et coordinateur du club. Alliance DRH n’est pas une association mais un cadre d’échange, renchérit Rachid Ghzali, DRH des Brasseries du Maroc, un des fondateurs du forum. D’où l’appellation club. Ce n’est pas non plus une boîte à idées mais un endroit de benchmark des pratiques des entreprises adhérentes. Au sein du Club Alliance DRH, «nous essayons de partager nos expériences et notre vécu».Mais ce think-tank des patrons des Ressources humaines a tout l’air d’une première division, du moins si l’on en juge par la taille des sociétés qui y sont représentées. Pour y entrer, le candidat doit appartenir au comité de direction de l’entreprise, être parrainé par deux membres, avoir vécu une expérience de développement des ressources humaines et être accepté à l’unanimité. . Pilotage de la mutationD’ailleurs, la plupart des filiales des multinationales et des grandes entreprises sont toutes là (voir encadré). C’est la traduction de l’évolution de la fonction Ressources humaines dans notre pays, analyse l’infatigable Rachid Ghzali. Les DRH sont dorénavant à des niveaux stratégiques dans l’organisation des entreprises et font partie des comités de direction. Les DRH membres du club sont tous impliqués dans la stratégie de leur entreprise. A ce niveau de responsabilité, ils ont davantage des préoccupations centrées sur la conduite de la mutation et donc de l’adaptation des entreprises à l’environnement. Ils sont déchargés des fonctions supports qui sont déléguées aux responsables opérationnels. Cela signifie par exemple que le directeur commercial et marketing assurera aussi les responsabilités Ressources humaines de son équipe: la gestion des carrières, la rémunération, le recrutement, etc. Dans beaucoup de cas, tout l’aspect support, notamment la paie, les déclarations sociales ou les dossiers maladie, est externalisé. La fonction Ressources humaines est en position de consulting vis-à-vis de toutes les directions et ce, pour tous les projets engagés. C’est cela l’évolution qui apparaît clairement dans les entreprises et non pas de la théorie, explique Zakaria Rbii.Le Club Alliance DRH boucle une année d’existence et la structure est déjà très active à en juger par la régularité et la qualité des débats qu’elle tient sur des thèmes brûlants dans les organisations. Comment fonctionne ce think-tank? Le choix des thèmes se fait après un brainstorming sur les sujets de préoccupation des membres, un exercice qui alimente la «boîte à idées». Une fois par mois, les DRH se réunissent autour d’un thème avec toujours le souci de partager leurs expériences. L’un des tout premiers débats avait porté sur la rémunération variable. Cette problématique touche une grosse population d’entreprises à l’heure où l’ouverture chamboule l’environnement institutionnel de plusieurs secteurs jadis protégés. L’idée était de passer en revue les meilleures pratiques pour améliorer la performance du management et des cadres, confie le coordinateur du club.Le deuxième gros sujet d’échange traitait de la gestion des compétences et des talents. Sujet tellement complexe qu’il a fallu y consacrer deux séances. La gestion, la fidélisation et le développement des talents sont une thématique brûlante dans les entreprises marocaines, concède le DRH des Brasseries du Maroc. La rareté des compétences, mais aussi l’infidélité des cadres pour certains profils pointus sont passées par là. La difficulté se trouve déjà en amont dans l’identification des talents, reconnaît Zakaria Rbii.Ce qui sûr, c’est que les DRH ont probablement médité et tiré des leçons (?) de la vague de départs des compétences à l’étranger à la fin des années 90. A côté de cette préoccupation, une autre émerge de manière transversale dans toutes les structures: l’innovation dans les ressources humaines. Pourquoi? Parce qu’il faut savoir rompre avec les schémas préétablis et oser de nouveaux outils qui peut-être ont été utilisés ailleurs que dans les RH, explique Zakaria Rbii.De par leur expérience dans le domaine des ressources humaines, les multinationales et les grandes entreprises constituent la locomotive. Elles ne prétendent pas «donner des leçons» aux PME marocaines, mais à terme, la capillarité de leurs pratiques sur le reste du tissu économique ne peut que tirer l’ensemble vers le haut. Dans les discussions au Club Alliance DRH, le code du travail est inévitable. Les responsables attendent une clarification des textes d’application sur le travail temporaire, les fameux contrats à durée déterminée (CDD), l’annualisation du temps de travail, la flexibilité, etc.


Les membres actuels du forum

Jamal Amrani, Accor; Abdelhak Aquelal, DGA chargé des Ressources humaines, Lydec; Badia Belghiti, Microelectronics (Bouskoura); Mohamed Benazzouz, Akzo Nobel; Khalid Benghanem, directeur du Développement des Ressources humaines, BMCI; Benredouane Ben Salem, BMCI; Aïcha Daoudi, Lafarge; Aziz Debbagh, Procter & Gamble; Moncef El Harim, Air Liquide; Rachid Ghzali, Brasseries du Maroc; Jalal Hachimi Idrissi, Bimo/Leader Food; Bouchra Hakam, Holcim; Bahija Marzoug, Maphar; Dina Naciri, CDG; Khalid Oudghiri, Shell; Zakaria Rbii, Kraft Foods; Mohamed Rhifi, Unilever Bestfoods; Driss Saghir, Richbond; Hassan Seffar, Nestlé; Mohamed Sobhi, SBG/Coca-Cola Export; Youssef Tahiri, Lesieur Cristal; Mohamed Zerhouni, Centrale Laitière. En instance d’adhésion: Lahoussine Digoulay, directeur central Ressources humaines, Maroc Telecom; Mohamed Hamdi, OCP; Adel Rbii, Pfizer et Issam Chawki, DRH Microlectronics Aïn Sebaa. Le CIH, l’ONE et le groupe Banques Populaires ont aussi manifesté l’intérêt d’adhérer au club.


Les objectifs déclinés dans la charte

Confronter et partager les meilleures pratiques en ressources humaines entre les membres du club; Conduire des études concrètes en ressources humaines avec des associations, cabinets de conseils ou universités en matière de gestion des ressources humaines; développer le benchmarking des indicateurs de performance RH; encourager la collaboration collective ou bilatérale entre les membres du club; s’ouvrir vers d’autres clubs ou associations RH au Maroc et à l’étranger; faire profiter d’autres entreprises, notamment les PME/PMI marocaines des expériences des membres du club.-Zakaria Rbii, DRH de Kraft Foods et coordinateur du club: «La fonction Ressources humaines est aujourd’hui en position de consulting vis-à-vis des autres directions-Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc