×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & carrière
France: Huit jeunes sur dix satisfaits de leur formation par alternance

Par L'Economiste | Edition N°:1710 Le 23/02/2004 | Partager

. Les femmes ont moins bien réussi leur insertionPlus de huit jeunes sur dix ayant bénéficié d'un contrat de qualification ou d'apprentissage estiment que leur situation professionnelle s'est améliorée deux ans et demi après la fin de leur formation. C'est ce que révèle une étude publiée par le ministère français du Travail. Quelque 85% des jeunes ayant suivi un contrat d'apprentissage ou de qualification fin 1999 occupaient un emploi deux ans et demi plus tard, selon cette étude de la direction des statistiques du ministère du Travail (Dares). Parmi ces titulaires de contrats d'apprentissage ou de qualification s'étant achevés au quatrième trimestre 1999, 6 à 8% étaient au chômage en mars 2000, à la sortie du contrat. En mars 2002, ils étaient 8 à 12%. Les femmes ont moins bien réussi leur insertion sur le marché du travail, bien qu'elles aient un niveau de formation plus élevé à l'entrée en contrat et un taux de succès à la qualification préparée proche de celui des hommes, note la Dares. Celle-ci souligne par ailleurs que les moins diplômés sont également plus exposés au chômage. A l'issue d'un contrat de formation en alternance, l'emploi aidé constitue une part non négligeable des débouchés, notamment en raison de la prolongation des contrats. Mais l'emploi commun devient prédominant à mesure que le temps passe. Les anciens bénéficiaires de contrat d'apprentissage ont cependant plus de difficultés à obtenir un emploi stable: près de 60% d'entre eux ont un contrat temporaire (CDD, intérim, emploi aidé), contre 37% des personnes issues de contrats de qualification. Le métier acquis conditionne également l'accès à l'emploi durable: ceux de la coiffure, du commerce et de la vente garantissent plus de stabilité que certains métiers de la production (agroalimentaire, bâtiment, mécanique) qui mènent, plus souvent que la moyenne, à l'intérim et aux emplois aidés. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc