×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

Emploi & Carrière
ESC Toulouse et Polycompétence divorcent dans la douleur

Par L'Economiste | Edition N°:2315 Le 10/07/2006 | Partager

. Un retard de versement des frais de scolarité en est la cause . Des pressions diplomatiques ont débloqué partiellement la situation Après une longue période d’incertitude, les étudiants du master marketing, management et communication de l’ESC Toulouse délocalisé au Maroc ont finalement retrouvé le sourire. La direction de l’Ecole qui organise le master en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie du Maroc a décidé après moultes hésitations (6 mois d’attente) de remettre les diplômes aux lauréats de la troisième promotion. La cérémonie s’est déroulée la semaine dernière dans les locaux de la CFCIM. La raison du couac est le différend qui oppose l’Ecole toulousaine à Polycompétence. Les deux parties ont démarré leur collaboration en 2003 et qui devait arriver à terme trois ans après, selon l’accord. Les responsables de l’ESC Toulouse n’étaient pas pleinement satisfaits du partenariat et soulignaient que leur ambition de mettre en place d’autres diplômes ne cadrait pas avec les moyens mis à leur disposition par son partenaire marocain. “La capacité limitée et l’exiguïté des salles rendaient difficile la réalisation de notre projet de mettre en place d’autres diplômes”, explique Jacques Digout, directeur du programme master à l’ESC Toulouse. Le management de Polycompétence s’en défend en affirmant qu’il a soumis à l’époque un projet d’augmentation de la capacité d’accueil de l’école à son partenaire. Mais cela n’a pas empêché la rupture en septembre 2005. “L’indisponibilité du management de Polycompétence condamnait définitivement toute forme de collaboration parce qu’il mettait en péril le suivi pédagogique qui est l’essence même du partenariat”, justifie Bernard Schadeck, le responsable pédagogique. La fin de la collaboration entre Polycompétence et ESC Toulouse ne constituait pas le dénouement mais plutôt le début d’un feuilleton à rebondissement. La direction de l’ESC Toulouse a décidé de reporter sine die la remise des diplômes de la troisième promotion qui devait normalement intervenir début 2006. Une réaction au non-versement des frais de scolarité à son profit par Polycompétence. Ceci dit, Jacques Digout n’y voit aucun signe de malhonnêteté mais simplement une maladresse dans la gestion d’une crise financière. “Nous n’accusons pas nos ex-partenaires d’une quelconque mauvaise foi. Ils ont fait un geste significatif en remboursant les deux tiers de la créance même si les pressions diplomatiques y sont pour quelque chose”. Le management de Polycompétence donne une version des faits complètement différente. Il se prévaut du respect de la convention qui prévoit le versement des frais de scolarité en trois tranches dont la dernière intervient après la remise des diplômes. Le partenaire marocain se dit toutefois compréhensif de la réaction de la direction de l’ESC qui nourrissait des craintes quant au non-paiement du reliquat de la somme due après la résiliation du contrat. “L’attitude des responsables français ne nous a pas indisposé. Au contraire, nous avons cherché les moyens pour débloquer une situation qui pénalise en premier lieu les étudiants”, a souligné une source proche de Polycompétence.


Deux masters et un bachelor avec la CFCIM

L'Ecole supérieure de commerce de Toulouse en partenariat avec le Centre de formation continue de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc propose deux masters accrédités par la conférence des grandes écoles françaises. Le premier en marketing, management et communication et le second en tourisme. Destinés aux “bac+4/ bac+5” ayant une expérience professionnelle, ces formations qui s’étalent sur une année (450 heures de formation) se déroulent les week-ends. Le coût de la formation varie entre 55.000 et 61.000 dirhams. A partir de la prochaine rentrée, l’ESC met en place un bachelor en management d’affaires commerciales qui vise les bac+2 et +3 avec ou sans expérience professionnelle. Les frais de scolarité pour ce programme s’élèvent à 38.500 dirhams.Morad EL KHEZZARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc