×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Brèves

Par L'Economiste | Edition N°:1794 Le 21/06/2004 | Partager

. Salariés et dirigeants n’ont pas la même idée de la formation continueUn sondage CSA, commandé par le Sett (syndicat des entreprises de travail temporaire), réalisé en mars 2004, révèle un grand écart d’opinions entre les salariés et les dirigeants au sujet de la formation continue. A la question: “La formation continue est-elle un domaine important pour les salariés ?”, les dirigeants répondent oui à 70%. De leur côté, les salariés avancent la même réponse à hauteur de 86%. A cette même interrogation les dirigeants sont plus du double (29%) des salariés (12%) à répondre par la négative. Deuxième décalage sur la question: “les salariés sont-ils satisfaits de leur formation continue”? Cette fois, ce sont 78% des dirigeants qui estiment que les salariés sont satisfaits, contre seulement 63% des salariés. L’écart se creuse encore pour être à son paroxysme au sujet de la troisième et dernière question du sondage: “Les choses se sont-elles plutôt améliorées ou dégradées en matière de formation continue pour les salariés”? 62% d’entre eux répondent que les conditions se sont dégradées tandis que 62% des dirigeants estiment qu’elles se sont améliorées. Pour 20% des salariés interrogés, la formation continue est une priorité. Autre information apportée par le sondage, le décalage est toujours présent entre salariés et dirigeants au sujet de questions d’ordre général, telles que l’intérêt pour le travail, les responsabilités, la sécurité de l’emploi ou encore la rémunération. (Source: cadremploi.fr). Plan de départ à l’ONTL’ONT (office national de transport) qui s’apprête à devenir SA, compte tailler dans ses effectifs. Une grande partie de son personnel serait concernée par le plan de départ, mais, de source syndicale, elle hésite en raison du flou qui entoure la fiscalisation des indemnités de départ. Selon la même source, le texte devant résoudre ce problème aurait atterri au SGG qui l’a refusé. Contacté, l’ONT affirme que l’opération n’est pas encore ficelée et que le nombre de personnes ciblées n’est pas encore déterminé.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc