×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Emploi & Carrière
    Avis d’expert: Surtout éviter le clash!
    Entretien avec Younes Mouhib, DG de Positif Conseil

    Par L'Economiste | Edition N°:2774 Le 12/05/2008 | Partager

    . Rien ne vaut la séparation à l’amiable. Le cadre «viré» peut être votre ambassadeurLe licenciement d’un collaborateur n’est pas toujours facile à gérer. Pour ne pas pénaliser la carrière des partants, certains managers leur laissent le choix de déposer une démission. Ce qui permet de se quitter en bons termes, moyennant bien sûr une compensation financière. - L’Economiste: Comment se séparer d’un cadre dans de bons termes? - Younes Mouhib: D’après ce que nous constatons, la séparation avec un cadre, dont l’entreprise n’est pas satisfaite ou pour faute grave, s’effectue de deux manières. Le cadre «choisit» de déposer sa démission pour sauver la face. Une situation qui s’accompagne souvent d’une compensation financière. L’entreprise prend sur elle également de ne pas entacher la réputation du cadre auprès d’éventuels employeurs. Quand le cadre accepte l’idée de démissionner, il faut veiller à ce que la passation avec son successeur se déroule de la meilleure façon (remise de dossiers, documents, etc.). Il est également utile, quelle que soit la situation, de veiller à ce que le partant garde une bonne image de l’entreprise. Voire, en faire un bon prescripteur et un bon véhicule d’image, d’autant plus que ce dernier connaît vos secrets, vos points forts et vos points faibles. La deuxième alternative est le licenciement pur et simple en cas de faute grave. Dans ce cas de figure, la faute doit être caractérisée et il faut prévoir un dossier bien documenté avec tous les justificatifs qui ont poussé l’entreprise à prendre cette décision. Il s’ensuit bien entendu des formalités auprès de l’inspection du travail. Il faut aussi se tenir prêt à des poursuites en justice en cas de contestation de la décision.- Qui doit annoncer la décision ? - Cette décision doit être annoncée lors d’un entretien mené par le responsable hiérarchique en présence ou non du responsable RH. Ce dernier peut se charger d’officialiser la décision et de procéder aux formalités d’usage. - Comment les cadres doivent-ils gérer l’accident de carrière?  - Il faut prendre cela avec philosophie, dans le sens où, dans la vie, nous avons droit à l’erreur. Par conséquent, se tromper au cours de son parcours professionnel reste une probabilité… Quand l’incident de carrière se produit, il faut dédramatiser la situation. Dans la vie professionnelle, il n’y a pas que des tops, il y a aussi des flops.Il faut également saisir l’occasion pour analyser et comprendre ce qui s’est passé et en tirer les conclusions. Il ne faut pas perdre de vue que le plus important, c’est l’avenir, le passé peut servir de leçon. Sur un autre plan, et quand il faut rompre, il faut agir en diplomate en veillant à garder de bonnes relations avec les ex-collègues ainsi qu’avec l’ancien employeur. Ce sont des prescripteurs d’image qui peuvent compter pour la suite de la carrière.Propos recueillis par K.M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc