×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Emploi & Carrière
Un tiers de l’échantillon au chômage

Par L'Economiste | Edition N°:1809 Le 12/07/2004 | Partager

. Pour plus de la moitié, il n’excède pas 3 mois. Les bac+5 plus touchés L’enquête de Manpower est basée sur 415 questionnaires qui ont été administrés lors du Forum Carrière 2004. Cet échantillon est constitué pour 60% d’hommes et 40% de femmes.L’objectif de cette enquête est de “cerner le positionnement des jeunes diplômés face à l’emploi pour mieux maîtriser le marché et agir en tant que baromètre pour une meilleure adéquation poste/profil”, explique Manpower. Il s’agit aussi de détecter l’évolution du marché de l’emploi grâce à une analyse comparative des résultats de l’enquête entre 2000 et 2004.Un peu plus du tiers des personnes interrogées est au chômage. Sur 412, 142 étaient sans emploi au moment de l’enquête de Manpower, soit une proportion de 34%. Une information à nuancer toutefois puisqu’il ne s’agit pas d’un chômage de longue date. Pour plus de la moitié (51%), cette situation n’excède pas les 3 mois. 30% sont à la recherche d’un emploi depuis 3 à 6 mois et 15% depuis 6 mois à un an. Seuls 4% de l’échantillon avouent être au chômage depuis plus d’un an. En fait, les bac+5 souffrent du chômage plus longtemps que les bac+4. 45% d’entre eux, est-il souligné, étaient sans emploi depuis six mois au moment de l’enquête. Cela peut être dû, explique Manpower, à leur profil plus pointu et à la réticence des patrons quant à leurs exigences.Par ailleurs, 67% des universitaires étaient au chômage dont 60% en cours de recherche d’un emploi depuis trois mois.L’enquête ne dit pas si les personnes sondées viennent de décrocher leur diplôme, si elles sont diplômées de longue date ou s’il s’agit de leur première recherche d’un emploi. Néanmoins, la fourchette d’âge des sondés indique qu’il s’agit de diplômés fraîchement arrivés sur le marché de l’emploi. Les trois quarts ont en effet entre 21 et 25 ans et un cinquième plus de 25 ans. Côté formation, ce sont les bac+4 et bac+5 qui prédominent avec 42 et 26% respectivement. Le reste de l’échantillon (32%) est composé de bacheliers, de bac+2 et de personnes ayant suivi des formations autres que celles mentionnées par les enquêteurs.Les jeunes interrogés proviennent pour 8% de l’Ecole nationale de commerce et gestion (ENCG), 7% de l’Université Hassan II et autant de l’ISCAE. La proportion des lauréats des autres établissements (ENSAM, EMI, Al Akhawayn, IGA, ESG…) varie entre 6 et 2%. Mais 49% de l’échantillon est issu d’autres écoles que celles citées dans l’enquête. K.E.H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc