×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Recrutement: PSA s’implique dans la discrimination positive

Par L'Economiste | Edition N°:1857 Le 20/09/2004 | Partager

La fièvre des recrutements s’empare des constructeurs automobile en France. Après Renault qui annonce 10.000 embauches pour 2005, le groupe PSA vient de signer un accord avec cinq syndicats. Mais si l’objectif du premier constructeur est de rajeunir ses troupes et se développer à l’étranger (la moitié des recrutements se font à l’étranger), la démarche de la marque au lion est motivée par d’autres raisons. L’accord avec les partenaires sociaux porte en effet sur l’instauration de la “diversité et la cohésion sociale dans l’entreprise”. Selon Novethic Info qui rapporte l’information, il s’agit de fixer des quotas de recrutement pour les cadres et les ingénieurs de nationalité étrangère. L’accord prévoit en effet un quota de 100 ingénieurs et cadres de nationalité non française et de faciliter l’intégration des personnes diplômées (de bac+2 à bac+5) des zones urbaines sensibles. Alors que les minorités issues de l’immigration (Afrique noire et Maghreb) représentent 12% de la population française, elles sont toujours largement sous-représentées dans les entreprises et la fonction publique. A diplôme égal, elles sont trois fois plus touchées par le chômage. Une proportion qui augmente d’autant plus avec le niveau d’études. L’analyse des cas de discrimination a permis de repérer que c’est à partir du niveau bac+2 que la discrimination est la plus importante. Un phénomène que la direction du groupe PSA et les partenaires sociaux de l’entreprise veulent enrayer, même si les objectifs relèvent dans l’immédiat de l’expérimentation. “L’enjeu consiste à gérer ces différences dans la cohésion sociale et à assurer l’égalité de traitement dans l’évolution professionnelle des salariés”, explique le groupe. L’accord doit permettre de mieux gérer les carrières des minorités par une politique volontariste. Mais aussi permettre à l’entreprise d’éviter les tensions sociales et la multiplication des recours juridiques pour discrimination. K. E. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc