×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Les salariés en France veulent gagner plus

Par L'Economiste | Edition N°:1892 Le 08/11/2004 | Partager

. C’est leur priorité, selon un sondage. La majorité satisfaite du contenu de son travail. Les jeunes générations sont plus mobilesL’amélioration de la rémunération est la priorité de 74% des salariés en France. Selon un sondage BVA publié dans le Monde Initiatives de novembre, les trois quarts de l’échantillon déclarent vouloir «être mieux payés», un quart «changer de poste» dans leur entreprise ou leur administration et 13% «changer de métier». En outre, un peu moins des deux tiers (62%) des personnes interrogées indiquent ne pas avoir l’intention de quitter leur travail actuel, alors que 12% comptent le quitter dans 1 an ou moins, 10% d’ici un à deux ans et 13% d’ici 3 à 5 ans. Parmi les raisons incitant les salariés à rester dans leur emploi actuel, la moitié cite la proximité du domicile, 49% l’intérêt du poste et 41% le temps libre laissé par le travail. Un peu plus d’un tiers (36%) avance aussi la rémunération, 34% l’ambiance au travail et 33% la sécurité de l’emploi. Par ailleurs, la grande majorité (87%) des personnes interrogées sont satisfaites du contenu de leur travail, du niveau de responsabilités confiées (83%) et de l’ambiance de travail (80%). Elles le sont un peu moins concernant l’organisation du travail (74%) et les possibilités d’évolution (58%). Selon le sondage, 56% des salariés entrés dans la vie active depuis 1997 préfèreraient travailler dans le secteur privé, tandis qu’ils sont 37% à préférer le secteur public. En revanche, la génération arrivée sur le marché du travail avant 1979 est très partagée entre le public (44%) et le privé (48%). Les aînés ont moins tendance à conseiller leur métier que les plus jeunes. Ainsi, 38% de la génération entrée dans la vie avant 1979 ne recommandent pas leur métier, tandis qu’ils ne sont que 23% dans la génération d’après 1997.Les jeunes générations sont en outre plus mobiles: 59% des salariés de la génération entrée dans la vie active avant 1979 ont travaillé dans 3 entreprises et plus. La proportion est de 62% pour la génération 1980-88 et de 44% pour la génération entrée après 1997. A noter que l’enquête BVA a été réalisée par téléphone en juillet 2004 auprès d’un échantillon de 1.046 actifs âgés de 18 ans et plus représentatif de la population active en France.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc