×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Formation, tour de table... Changements à l’IMM

Par L'Economiste | Edition N°:1857 Le 20/09/2004 | Partager

. L’institut délocalise pour 2005 un bachelor britannique. Il renforce sa formation continue et propose quatre filièresL’Institut marocain de management (IMM) renforce son ouverture sur l’international. Il a signé un contrat de partenariat il y a un mois et demi avec une université britannique de 22.000 étudiants, le James Watt College, pour délocaliser un bachelor en administration des affaires. Les cours, exclusivement en anglais, vont démarrer en septembre 2005 dans les locaux d’IMM à Casablanca. Ces études de trois ans seront accessibles aux bacheliers, toutes catégories confondues, à condition qu’ils passent avec succès l’épreuve écrite du concours ainsi que l’entretien oral. Tous les cours étant en anglais, les candidats admis devront suivre une formation intensive de deux à trois mois. Cette formation précèdera la rentrée et sera dispensée à l’institut même. Les frais de cette mise à niveau seront pris en charge par l’IMM, est-il souligné. Comme le programme sera le même au Maroc, des échanges d’étudiants pourront se faire entre les deux établissements. Des étudiants marocains pourront donc effectuer une partie de leur formation au James Watt College et vice versa. L’encadrement sera de qualité, assure Khalid Idrissi, directeur de l’IMM: “30 à 40% de cours seront dispensés par des enseignants britanniques. Les autres seront confiés à des Marocains ayant étudié en Angleterre ou aux Etats-Unis et qui maîtrisent parfaitement l’anglais”. Le prix de cette formation n’est pas encore connu. Il est à l’étude, selon le directeur. Khalid Idrissi annonce aussi un changement de tour de table. En effet, la chambre de commerce et de services de Casablanca s’est renforcée dans le capital de l’IMM et un cabinet de consultants canadien, Mercan capital Canada, y a fait son entrée. C’était en juillet dernier. Nous n’aurons pas le détail de la nouvelle répartition du capital, la direction de l’institut préférant rester discrète. Autre nouveauté: L’IMM renforce sa formation continue. Les cours du soir destinés aux bac+2, qui veulent obtenir un bac+4, en mode formation continue vont s’intensifier. Et au lieu d’une filière unique, le management général, cette année, l’Institut en propose quatre, à la demande des étudiants, qui veulent des études spécialisées. Les 4 nouvelles filières sont le management financier, le management des organisations, le management marketing et le management touristique. Enfin, dernière innovation: l’IMM va intégrer pour la première année, à partir de cette rentrée, la langue Amazigh. “Ce sera un plus dans leur CV”, estime Idrissi.


Classe prépa

La classe prépa de l’IMM cartonne. C’est ce qu’ affirme Khalid Idrissi, directeur général. Le taux d’admissibilité aux grandes écoles de commerce françaises atteint les 75%, un score en forte hausse par rapport à l’année dernière. Les étudiants de l’IMM ont été admissibles aux épreuves écrites de 17 écoles françaises (dont les plus réputées sont l’ESC Grenoble, l’ESC Montpellier et l’ESC Lilles). Ces résultats encourageants attirent de plus en plus les bacheliers de la mission française, indique Idrissi, sans cacher sa satisfaction. Nadia BELKHAYAT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc