×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Emigration: Aides aux pays tiers

Par L'Economiste | Edition N°:1710 Le 23/02/2004 | Partager

. Programme de 250 millions d'eurosLe Conseil européen a adopté le jeudi 19 février le règlement établissant un programme spécifique d'assistance technique et financière en faveur des pays tiers dans le domaine de la migration et de l'asile. Doté d'une enveloppe de 250 millions d'euros, le programme pluriannuel de coopération AENEAS (du nom du héros de l'Enéide de Virgile), pour la période 2004-2008, permet l'intégration systématique des questions liées à la migration dans les dialogues politiques et les instruments de coopération avec les pays tiers. Il constitue un des éléments par lesquels la Commission européenne concrétise ses engagements pour prendre davantage en compte la migration dans son action extérieure. Le but de ce nouvel instrument est d'apporter, de manière spécifique et complémentaire, une aide technique et financière aux pays tiers en vue de les soutenir dans leurs efforts pour assurer une meilleure gestion des flux migratoires dans toutes leurs dimensions. Ce règlement ouvre la possibilité pour tout pays tiers de recourir au programme “migration”, sans limitation géographique. Néanmoins, les pays qui auraient conclu avec la Communauté un accord de réadmission pourraient bénéficier d'une attention particulière. Sur le plan thématique, cinq grands domaines d'action ont été retenus: le développement des politiques d'immigration des pays tiers, la promotion des voies légales de migration, la protection internationale, la lutte contre l'immigration illégale y compris le trafic et la traite des êtres humains, la réadmission ainsi que la réintégration durable des personnes en retour dans leur pays d'origine. Par ailleurs, la nature des opérations susceptibles d'être financées est variée. Elle concerne aussi bien l'amélioration des capacités des pays tiers dans les domaines de la politique migratoire et d'asile que le développement des législations, le développement du dialogue régional, la réintégration socioéconomique des migrants, la promotion de la contribution des migrants au développement de leur pays d'origine, etc.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc