×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Electricité industrielle: Pas de baisse de prix cette année

Par L'Economiste | Edition N°:504 Le 11/05/1999 | Partager

· Les bénéfices de l'amélioration de la gestion de l'ONE sont grignotés par les contraintes financières et l'amnistie fiscale
· La créance sur l'ex-RAD continue de peser sur les comptes


Le premier conseil d'administration de l'Office National d'Electricité sous la présidence de M. Abderrahman Youssoufi s'est enfin tenu le 7 mai. Il a duré pas moins de 4 heures. Normal, il fallait dresser le bilan de l'activité de l'Office et surtout passer en revue ses nombreux projets. Pour faire face à une croissance annuelle de 6% de la consommation d'électricité, le programme de l'Office jusqu'en 2006 est ambitieux. Il dépasse les 43 milliards de DH. Les investissements concédés se montent à 11,5 milliards de DH. Ce montant permet à l'Office de se dégager pour financer les 13,5 milliards d'investissements nécessaires au PERG (Programme d'Electrification Rurale). Il sera même obligé de s'endetter en empruntant 4,9 milliards de DH. L'objectif est de parvenir à un taux d'électrification rural de 80% en 2006.
Concernant les concessions, l'enveloppe des 11,5 milliards de DH concerne les tranches III et IV de Jorf Lasfar et la centrale à cycle combiné de Tahaddart. Il est également prévu une autre centrale à cycle combiné en 2005.
Le reste de l'investissement, à savoir 14 milliards, est destiné à financer la centrale hydraulique de Tchar El Oued Aït Messoud et la Station de Transfert d'Energie par Pompage (STEP). L'enveloppe doit aussi servir au transport de l'électricité et au maintien de l'outil de production.
Pour les industriels, il n'y aura pas de bonnes nouvelles cette année, ni de mauvaises d'ailleurs. Il n'y aura pas de baisse du prix de l'électricité industrielle. La sécheresse est la principale cause. Elle a bon dos, mais elle n'est pas toute seule. S'il est vrai que cette année la part de l'électricité hydraulique est en baisse, l'ONE est aussi déçu de voir ses efforts de réduction de prix de l'électricité industrielle absorbée par les distributeurs privés. Ceci n'empêche pas l'Office de respecter ses engagements. Sur la période 1998-2003, le prix de l'électricité devrait baisser comme prévu de 20%. Il a d'ailleurs déjà reculé de 11% en 1998.
La situation de l'Office est bonne, mais elle reste fragile pour les cinq prochaines années. Il garde toujours en suspens une créance de 1 milliard de DH sur l'ex-RAD qui ne sera probablement jamais recouvrée.
Le poids de la provision pour la Caisse de retraite pèse également sur les comptes. En 1997, l'Office a provisionné pour un peu plus de 1 milliard de DH et en 1998, 245 millions.

Fatima MOSSADEQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc