×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Elections professionnelles
Peu de surprise dans les régions

Par L'Economiste | Edition N°:1571 Le 29/07/2003 | Partager

. Taza: Les présidents de la CCIS, des Chambres d'artisanat et d'agriculture réélus. Agadir: Les SAP font cartons pleins au collège de la Pêche hauturière.... ...et faible mobilisation à la Chambre d'agriculture Ne concernant que les professionnels, les élections des Chambres professionnelles sont passées quasiment inaperçues à Taza. Peu de gens étaient au courant. Pourtant, il y avait une campagne. Seulement, celle-ci était discrète mais bien ciblée. C'était du porte-à-porte pur et simple. Le nombre réduit des électeurs concernés aidant.Le taux de participation diffère d'une chambre à l'autre. Le plus élevé est enregistré au niveau de la Chambre de commerce, d'industrie et des services (CCIS). 71,86% des électeurs inscrits ont voté, soit 5 points au-dessus du taux de participation à la Chambre d'artisanat (66,88%). En revanche, il y a eu peu de mobilisation à la Chambre d'agriculture: moins de la moitié des électeurs inscrits ont pris part au scrutin (40,76%). Côté résultats, il n'y a pas vraiment de surprise. Dans la grande majorité, les élus sont des figures connues du milieu d'affaires local parce qu'ils occupaient déjà un siège au sein de l'une des trois chambres lors du mandat précédent. Les trois présidents sortants (CCIS, artisanat et agriculture) ont été élus dans leurs collèges respectifs. Ils devraient probablement solliciter un nouveau mandat. D'autres stars du business local ont retrouvé leurs sièges. C'est le cas notamment de Mohamed Boudess qui s'est présenté sous l'étiquette RNI dans le collège de l'industrie. Déjà président de la Communauté urbaine, cet industriel, à la tête de trois unités de confection, affirme ne pas être intéressé par la présidence du bureau de la Chambre de commerce, d'industrie et de services. Pour lui, «le consensus est nécessaire pour que la chambre puisse jouer efficacement son rôle«. A part le cas du collège Art et production (Chambre d'artisanat) où des sièges sont attribués à partir du quotient électoral, c'est la règle du plus fort qui a prévalu pour ces élections. Inférieur au quotient électoral, le nombre des voix recueillies par la plupart des listes était insuffisant pour leur donner d'office droit à un ou plusieurs sièges. Ceci s'explique par l'émiettement des voix entre les différentes listes en l'absence de la prédominance d'une tendance politique déterminée.A noter par ailleurs qu'aucune contestation ou plainte n'a été enregistrée. Le PJD, qui redoutait que des obstacles viennent contrecarrer sa participation, a décroché deux sièges: l'un au collège du commerce à la CCIS et l'autre à la Chambre d'artisanat dans le collège Art et production.Les élus des trois chambres disposent d'une durée de 15 jours à partir de la date de la publication des résultats pour constituer leurs bureaux.De notre correspondante à Taza, Amal TAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc