×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Elections Communales
Marrakech: Le jour J pour les 20 partis en lice

Par L'Economiste | Edition N°:1600 Le 12/09/2003 | Partager

. Sur les 456.000 électeurs, plus de 84% ont retiré leurs cartes. . Bien que tiède, la campagne électorale n'a pas manqué de rebondissementsC'est en fin de soirée ce 12 septembre que sera né officiellement le Conseil de la ville de Marrakech, via le scrutin des communales. Avec ses 700.000 habitants, la ville ocre sera, en effet, érigée en Conseil doté de cinq arrondissements au lieu de communes. Au total, 3.257 candidats se disputent 177 sièges dont 81 iront au Conseil de la ville. Quant aux électeurs, ils sont au nombre de 456.000. Jusqu'à jeudi, ils étaient près de 84% à avoir retiré leurs cartes. Rien n'empêche les autres de le faire le jour même des élections. La ville compte donc cinq arrondissements de la ville, à savoir la Médina, Ménara, Guéliz, Sidi Youssef, et Nakhil. Ce sont les trois premiers qui sont les plus convoités. D'abord en raison du nombre des élus de ces arrondissements qui vont siéger au Conseil. Pour la Médina, ce sera 19 élus sur 39. La Ménara et Guéliz auront respectivement 19 et 18 élus au Conseil de la ville. Rappelons que c'est une ancienne commune qui a été découpée pour donner naissance à deux arrondissements, la Ménara et Guéliz. Ces deux derniers, en plus de la Médina, concentrent le grand nombre d'électeurs. Pour la Médina, ils sont près de 111.300 inscrits. La Ménara et Guéliz totalisent quelque 255.000 électeurs. Et ce n'est donc pas sans raison que les grands ténors des partis (comme El Khalifa pour le PI ou Jouhari pour l'USFP) s'y présentent en tête de liste. Par ailleurs, près de 64.000 sont inscrits à Sidi Youssef et 25.532 à Nakhil. Sur le terrain, de l'avis des experts, les campagnes ont été tièdes dans l'ensemble. Pour les électeurs, elles n'ont pas changé grand-chose. “Nous ne sommes pas plus informés des prérogatives des arrondissements et des programmes des candidats qu'auparavant”, fait remarquer un jeune étudiant habitant Guéliz. Et d'ajouter, “les passages télévisés sont relativement plus explicites que les campagnes locales”. Les consultations communales du 12 septembre devraient, en principe, donner une véritable idée de la carte politique à Marrakech. Jusque-là, estime t-on, les jeux ont été faussés. Bien évidemment, toutes les formations politiques ont essayé de couvrir au maximum cette ville dont le Conseil devra gérer au moins quelque 400 millions de DH pour les cinq arrondissements. Vingt partis se sont présentés. Côté préparatifs, la ville est fin prête à ce scrutin d'après les autorités locales. Les écoles choisies comme lieu de vote aussi. 825 bureaux au total sont mobilisés aujourd'hui 12 septembre, avec chacun quatre responsables. Quatre autres sont prévus en remplacement en cas d'absence.


Poursuites judiciaires

Et si la campagne était, du moins jusqu'à ses derniers moments, assez tiède à Marrakech, ses rebondissements ne le seront pas. Des candidats seront même poursuivis en justice.Alarbati, tête de liste du RNI pour la Médina, enseignant de profession, vient d'être condamné le 10 septembre dernier par le tribunal de première instance à 10 mois de prison ferme pour falsification de signature. Une autre plainte a été déposée contre un autre candidat RNI à Guéliz. A Sidi Youssef, c'est un candidat UC qui est poursuivi. Le jeu de campagne a été plutôt houleux à ce niveau. Les concurrents n'ont pas hésité à dénoncer et porter plainte contre toute action “illicite”, à leurs yeux. Les autorités ont répondu favorablement. Mais certains de ces conflits étaient plus d'ordre concurrentiel que judiciaire…


Plus de 4140 bureaux de vote pour Casablanca

La campagne électorale a pris fin hier. Aujourd'hui, c'est le scrutin. Les 1.790.848 électeurs de Casablanca sont appelés à choisir leurs élus parmi les 9107 candidats. La logistique a été mise en place pour l'événement.Une commission a déjà choisi les écoles qui abriteront les bureaux de vote(78 écoles à Casablanca-Anfa par exemple). Ces écoles ont été nettoyées. La commission a veillé en fait à l'équipement de chaque bureau de vote en meubles, urnes, isoloirs et lignes téléphoniques. Au total, 4140 bureaux ont été mis à la disposition des votants dans toute la région de Casablanca. A noter que 3501 d'entre ces bureaux sont installés dans la zone soumise au nouveau système des arrondissements (16 arrondissements + le conseil de ville) et 639 dans les lieux encore couverts par l'ancien système des communes (6 communes urbaines et 10 communes rurales). Des bureaux centralisateurs au nombre de 369 coiffent un ensemble de bureaux de vote à condition de ne pas dépasser 15 bureaux. Par ailleurs, une commission recensement par arrondissement se chargera d'établir les résultats définitifs. Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc