×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Elections CGEM: Le compte à rebours est lancé

Par L'Economiste | Edition N°:2265 Le 28/04/2006 | Partager

. Elalamy et Benhamida… des noms «sûrs»?Top Chrono. A partir de ce 28 avril, les éventuels candidats pour les élections à la tête du patronat ont jusqu’au 12 mai pour se présenter. Ira, Ira pas? A l’heure où nous mettions sous presse, les indiscrétions sont toujours seuls éléments de pronostics. Cinq noms se détachent néanmoins: Moulay Hafid Elalamy du groupe Saham, Kamil Benjelloun de CBI, Majid Joundy, président de l’Union régionale d’Agadir, Bouchaïb Benhamida, patron de la Fédération des BTP et Karim Tazi, président de l’Association marocaine des textiliens. Portables coupés, déclarations qui laissent planer le doute… Aucun moyen d’arracher un «oui» formel aux candidats potentiels. Quelques «non», par contre, francs et directs? Celui de Karim Tazi, Meriem Bensalah («je n’y vais pas!») ou Hammad Kassal. «Vous pouvez l’écrire: je ne suis pas candidat au poste!» lâche ce dernier. Le monsieur, qui n’a pas pour habitude de manier la langue de bois, explique qu’il a choisi de soutenir un autre prétendant, «qui devrait faire sa sortie d’ici deux jours». Le patron mystère est «candidat à la rupture et soutient les PME/PMI…». Il y a fort à parier que l’on parle ici de Moulay Hafid Elalamy. Interrogé, celui-ci explique «que ce serait un peu prématuré de faire une déclaration»… Comprend qui voudra et rendez-vous dans quelques jours!Pour Tazi, en revanche, c’est une autre paire de manche. Le président de l’Amith en a assez qu’on lui prête des intentions… «qu’il n’a jamais eues!». «C’est net et clair, je ne me présente pas! J’ai un mandat à l’Amith qu’on ne quitte pas parce qu’on a trouvé mieux et un contrat à mener à bout». Ça a le mérite d’être clair.Pour Hassan Chami, président sortant (il rend son fauteuil le 30 juin), tout n’est qu’une question de temps: «les déclarations devraient pleuvoir d’ici moins de quinze jours». Quelques heures avant les dépôts, le patron donne la température des préparatifs et indique que «beaucoup de démarches sont en train de se faire. Nous sommes entrés en période active».A Agadir, Majid Joundy se refuse à toute déclaration «avant d’en avoir informé les membres de l’Union, et ceux de la CGEM», qui tiennent une réunion de bureau dans l’après-midi du 28. «Si candidature il y a», vous le saurez en temps voulu, lâche en gros Joundy. Le monsieur enverra quand même son curriculum vitae à la rédaction «au cas où»! Le président de la fédération des BTP résistera-t-il, lui, à l’élan de soutien dont il a fait l’objet, il y a tout juste un mois, via une campagne de ses «supporters» dans les règles de l’art (envoi de SMS, communiqué…)? L’homme, qui n’avait encore rien décidé au moment dit, explique en substance que la prise de décision «n’est pas évidente», puisque cela impliquerait une démission de son poste à la tête de la Fédération à laquelle il est très attaché (25 ans de services!), et où il souhaite «continuer son travail». Benhamida, en voyage à l’étranger, souligne néanmoins que le soutien qu’on lui a témoigné pourrait faire pencher la balance et qu’il compte prendre une décision prochainement. Avant le 12 en tout cas.Céline PERROTEY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    commu[email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc