×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: Un ex-MRE sommé de quitter sa boyauderie

Par L'Economiste | Edition N°:1576 Le 06/08/2003 | Partager

. La municipalité veut récupérer ce local loué depuis plus de 20 ans à ce promoteur . Auquel on a promis un terrain de 2.000 m2 à la ZISommé de quitter ses locaux suite à un préavis municipal, un ex-MRE tente de sauver sa boyauderie. Ses locaux en location (propriété de la municipalité) sont situés à la rue Abderrahman Ed-Dakhil, non loin des abattoirs. L'unité est spécialisée dans le calibrage de boyaux destinés à la charcuterie. «Les boyaux sont importés en AT d'Europe et après traitement, réexportés vers la France et la Belgique«, explique Abdelkader Afrej, propriétaire de la boyauderie. Selon lui, l'activité ne présente aucun danger pour l'environnement malgré le volume des rejets. Comme argument, le propriétaire de la boyauderie explique que pour 23 tonnes de boyaux importés dans un camion frigorifique, 3 tonnes seulement sont traitées pour être exportées. Les 20 tonnes restantes sont rejetées directement dans la mer. «Ces rejets constituent de la nourriture pour le poisson et ne sont aucunement nocifs puisqu'il s'agit de produits naturels«, fait remarquer Afrej. Ces restes auraient pu être vendus au prix fort en Europe dans les domaines de la cosmétique. Mais la boyauderie d'Afrej se contente d'exporter pour le moment une matière destinée à la charcuterie en France et Belgique.L'entreprise existe depuis déjà 23 ans. Malgré les locaux étroits par rapport à l'activité (200 m2), la boyauderie emploie 80 personnes à plein temps pour un chiffre d'affaires de près de 4 millions de dirhams par an. «Au début, je travaillais à peine avec 2 personnes«, se rappelle-t-il. Aujourd'hui, l'affaire a prospéré et la demande en Europe augmente. «Il m'est possible avec une extension d'embaucher encore 500 personnes«, affirme Afrej. Ce dernier a pu acquérir un lot de terrain de 400 m2 (dont 170 m2 bâtis à la zone industrielle. Mais se posait le problème d'aménagement adapté pour la boyauderie ainsi que le transport du personnel. Il fallait alors trouver une autre solution. Reçu récemment par le gouverneur de la province, l'ex-MRE semble avoir trouvé une issue pour quitter ses locaux actuels. Dans la perspective de créer 500 nouveaux emplois, le propriétaire de la boyauderie a obtenu une promesse de la part des autorités de disposer d'un terrain de 2.000 m2. Mais il devra lui-même prendre en charge l'évacuation des rejets et le transport des ouvriers. Ces derniers se disent soulagés malgré encore quelques appréhensions.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc