×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: L’hôtel Marhaba a trouvé repreneur

Par L'Economiste | Edition N°:2341 Le 16/08/2006 | Partager

. Il a été cédé au groupe français «Merfor» pour 35,2 millions de DH . 250 millions de DH seront investis dans sa transformation L’HÔTEL Marhaba qui s’étend sur près de 5 ha à l’entrée de la ville a enfin trouvé preneur. Situé à l’angle des boulevards Mohammed VI et Bougainvillier, l’établissement et ses terrains ont été cédés par l’Etat au groupe français «Merfor» pour 35,2 millions de DH. Une convention a été signée avec le liquidateur du ministère des Finances en charge de la gestion des biens encore en suspens de la société d’assurance «Renaissance» qui avait été liquidée. L’hôtel Marhaba considéré comme patrimoine local date de l’époque du Protectorat. Ce fleuron de la ville se distingue par son architecture particulière surplombant l’océan et par sa passerelle en escaliers débouchant directement sur la plage. Croulant sous les dettes, l’hôtel est fermé depuis juin 1996. Depuis, il a été le théâtre de pillages constants et ses murs et façades offrent en ce moment un triste spectacle de délabrement. Avant sa saisie, les anciens propriétaires, les frères Ezzahraoui étaient redevables de plus de 100 millions DH. L’hôtel a été mis à la disposition du liquidateur du ministère des Finances. Ses dettes ont été en grande partie épongées pour le rendre accessible aux éventuels investisseurs. Royal Air Maroc, à travers sa filiale, et d’autres groupes avaient souscrit pour son acquisition. Et c’est le groupe «Merfor» qui a fait la meilleure offre. Ce groupe français était en relation d’affaires avec un industriel d’El Jadida qui leur a fait connaître le site. Ils ont été séduits par les potentialités d’avenir de la région. Les nouveaux propriétaires envisagent de réaliser un ensemble résidentiel senior. Selon le plan présenté par l’architecte, l’architecture de l’hôtel existant sera préservée. Sa rénovation permettra l’aménagement de 41 chambres et suites, d’un restaurant-bar et d’une salle de conférences et de spectacles. De plus, un autre restaurant panoramique avec terrasse donnant sur l’océan sera construit. Sur les terrains de l’immense jardin, seront construits 70 riads à étage sur des superficies variables. Ce sont 1O dars de 300 m2, 30 douirates de 200 m2 et 30 douiriates de 140 m2. Autour des riads, les investisseurs comptent installer 7 piscines, un SPA, deux courts de tennis et un club house pour les jeux d’animation. De l’autre côté de l’hôtel, à l’angle de l’avenue Bougainvillier, un autre restaurant sur 500 m2 sera aménagé avec entrée directe depuis l’extérieur. Selon le projet, les voitures ne pourront pas accéder à l’intérieur pour préserver la quiétude des lieux et la préservation de l’environnement. Un parking sera aménagé à l’entrée avec une capacité de 120 places. Des voitures électriques permettront l’accès aux résidences et à l’hôtel. Selon l’industriel d’El Jadida, les investissements seront de l’ordre de 23 millions d’euros (près de 250 millions de DH). Le projet permettra la création de 200 emplois directs et plus de 400 indirects. D’après le promoteur d’El Jadida, les demandes d’autorisation de construire seront bientôt déposées auprès de la commune. Le démarrage des travaux de construction et d’aménagement est prévu pour le premier décembre prochain pour des délais de 14 mois. L’hôtel and ressorts seront opérationnels en février 2008.


. Première intervention du bateau de sauvetage «Doukkala»Un technicien en crise sur le bateau Castillo II battant pavillon espagnol a été secouru par la vedette de sauvetage «Doukkala» du port d’El Jadida, lundi dernier. Ce sera la toute première intervention de ce bateau de dernière génération qui vient d’être officiellement inauguré par le ministre de l’Agriculture et des Pêches maritimes (cf.www.leconomiste.com). Le marin malade se trouvait à 50 nœuds nautiques (près de 80 km) au large des côtes d’El Jadida. La vedette de sauvetage a mis 4 heures pour l’évacuation du marin espagnol. L’ancienne vedette aurait mis 24 h, a commenté un marin du port. Le malade a été hospitalisé dans la ville où il a été soigné. Les services du consulat de son pays sont venus s’enquérir de son état de santé à l’hôtel où il est en convalescence. Coïncidence: la vedette de sauvetage a été construite dans un chantier naval espagnol.. Clôture du moussem Moulay Abdellah AmgharAprès une semaine de festivités, le moussem Moulay Abdellah Amghar a pris fin vendredi dernier sur de fausses notes. Les prix distribués aux cavaliers et aux fauconniers ont été considérés comme dérisoires. Après avoir assuré le spectacle durant toute la durée du moussem, les fauconniers ont reçu comme prix de consolation un «tapis» d’une valeur de 600 DH. Même pas de quoi couvrir le prix des pigeons utilisés pendant les représentations sur le terrain du Mehrek devant les visiteurs et les pèlerins, s’est désolé un des fauconniers. L’agence qui a pris en main le moussem, la commune et les autorités locales n’ont pas eu beaucoup de considération pour ces détenteurs de traditions ancestrales qui, selon les observateurs, ont été les vedettes du spectacle pendant toute la durée du moussem.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc