×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

El Jadida: Arrestations de trafiquants de drogue

Par L'Economiste | Edition N°:2030 Le 27/05/2005 | Partager

. Un trafiquant, étudiant en 3e cycle . Démantèlement d’un réseau d’émigration clandestineLes éléments du Service régional de la police judiciaire d’El Jadida (SRPJ) ont neutralisé la semaine dernière deux trafiquants de stupéfiants notoires. Le premier faisait l’objet de 45 avis de recherche au niveau national alors que le second est un étudiant du 3e cycle universitaire. Ce dernier, dénommé Abdelfattah, alias “Jack”, dans les 34 ans, semblait suivre le droit chemin et s’était fait pousser la barbe de circonstance pour tromper son monde. Périodiquement, des étudiants désireux de préparer leurs examens se réunissaient autour de lui au café Chella. Tous ces semblants ne laissaient pas penser que Abdelfattah avait fait de la prison pour trafic de drogue. Et c’est dans le pénitencier Sidi Moussa qu’il avait entrepris des études jusqu’à obtenir sa licence en 1995 avec mention “bien”. Mais les moments de liberté de Jack étaient comptés. Après avoir recueilli des informations le concernant, une équipe d’enquêteurs de la police judiciaire avait monté un réseau de surveillance autour de la maison de Jack à Hay Chouhada dans le quartier Mouilha. Le trafiquant fut appréhendé alors qu’il sortait de la maison parentale. Il avait les poches pleines de chira. En perquisitionnant sa chambre, la police y trouva 3,6 kilos de drogue. L’interrogatoire n’a pas permis de remonter jusqu’à son fournisseur, qui se fait appeler “Jebli”. Ce dernier très prudent contacte ses revendeurs uniquement par GSM. L’autre gros poisson est Mustapha, alias “Rouijal”, père de 3 enfants. Il faisait lui aussi l’objet de pas moins de 45 avis de recherche par la police et la Gendarmerie royale au niveau national pour trafic de stupéfiants, recel et association de malfaiteurs. Mustapha était sans domicile fixe et ne s’adonnait à son business que dans les douars limitrophes de la ville. Il ne passait pas ses nuits dans les mêmes endroits. Les éléments de la Brigade criminelle coiffés par le commissaire Abdelhadi Siba, ont monté un traquenard pour le capturer. C’est en dehors de la ville qu’un policier en civil conduisant une vieille voiture s’était présenté comme client à Rouijal. Ce dernier se tenait sur sa moto au-dessus d’un ponton sur la route reliant Sebt Ouled Bouaziz à Moulay Abdallah. Pris au piège, il avait en sa possession 500 g de chira et une importante somme d’argent. La police a également mis fin aux agissements d’un couple, Omar S. et sa femme Karima K., spécialisés dans l’organisation de l’émigration clandestine. C’est fortuitement que le couple a été arrêté. En effet, après des empoignades violentes sur le boulevard Hassan II, l’intervention de la police avait été sollicitée par 2 jeunes filles et 2 garçons qui s’en prenaient à un photographe de la place et une vieille dame. Cette dernière s’est révélée être la mère de Karima K., qui était introuvable ainsi que son mari. Les interrogatoires au poste de police ont révélé que le couple avait perçu de ses 4 victimes des sommes allant de 50.000 à 70.000 DH. Avec la promesse de leur procurer les documents nécessaires pour aller travailler en Espagne. Le photographe servait d’intermédiaire pour le couple. Ce dernier est en fuite. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc