×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Education non formelle

    Par L'Economiste | Edition N°:2824 Le 21/07/2008 | Partager

    Depuis trois ans, Lydec finance 3 écoles d’éducation non formelle dans les douars de Lahraouines, Lamkansa et Messaoudi. «Malgré les difficultés liées à leur environnement, et parfois contre la volonté de certains membres de leurs familles, une partie des enfants inscrits dans ces trois écoles ont fait preuve d’une grande assiduité», indique le service communication de Lydec. Cette opération est réalisée dans le cadre d’un partenariat avec la Fondation Zakoura Education. L’éducation non formelle est le premier programme développé par la Fondation et consiste à créer des écoles destinées aux enfants non scolarisés âgés de 8 à 16 ans, visant à leur permettre d’acquérir sur trois ans l’ensemble des connaissances dispensées durant le cycle du primaire. L’objectif est qu’à l’issue de ce cursus ils puissent atteindre un niveau équivalent à la sixième année de l’école publique et qu’ils puissent intégrer le collège ou des centres de formation professionnelle. Ce programme permet également de favoriser l’épanouissement des personnalités à travers des activités parascolaires, telles que le chant, le dessin, le théâtre… Chaque école est composée de deux classes de 25 à 30 élèves et permet à ces derniers d’avoir un emploi du temps flexible. Les parents sont impliqués dans la mise en œuvre et le suivi de l’école à travers des participations à des réunions mensuelles, le choix des horaires de cours… La mise en place de ce programme demande une organisation très pointue, tant au niveau du siège de la Fondation Zakoura Education que sur le terrain pour assurer le bon déroulement de ce programme. Ainsi, un animateur assure l’animation des cours dans chaque douar. Un superviseur est chargé d’effectuer le suivi des activités déployées sur plusieurs douars de la même région et d’assurer des interactions positives et constructives entre l’école et le reste de la communauté locale. Enfin, une équipe basée au siège de la Fondation Zakoura effectue le suivi des activités, l’encadrement et la formation de toute l’équipe terrain. N. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc