×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Edition culturelle: Les nouveautés de la rentrée

Par L'Economiste | Edition N°:1880 Le 21/10/2004 | Partager

. Franc retour aux sources depuis le 11 septembre. De nombreuses rééditions sont annoncées. Le Marocain ne lit pas, un faux postulat?Les éditeurs promettent une rentrée riche aux amoureux du livre et beaucoup de nouveautés pour ce mois de Ramadan. Selon eux, il y en a pour tous les goûts. Ainsi, à côté du roman, du recueil de poésie et des carnets de voyages, les férus de lecture auront droit à des livres sur la religion aussi. “Depuis le 11 septembre, nous avons relevé une nouvelle tendance chez le lectorat marquée par un franc retour aux sources”, affirme le patron des Editions Eddif, Abdelkader Retnani. Selon lui, une forte demande est ainsi enregistrée pour le livre traitant de la question de l’islam par exemple. C’est le cas notamment des écrits de Tarik Ramadan. “Ils se vendent comme des petits pains”, indique Abdelkader Retnani, qui précise qu’ils sont surtout demandés par une “élite” constituée de jeunes femmes intellectuelles. “Elles viennent prendre deux à trois livres de cet auteur à la fois”, indique Retnani. C’est aussi le cas pour les livres traitant du Maroc, de ses spécificités ou de son histoire. Ainsi, par exemple, “Les Plantes médicinales du Maroc” figure toujours en tête des meilleures ventes chez Le Fennec. D’ailleurs, la maison d’édition prévoit, pour ce mois sacré, une réédition en français et en arabe. Pareil pour “Recettes de beauté des femmes du Maroc”, de Abdelhaï Sijelmassi. “Ibn Battouta” de Lotfi Akalay sera lui aussi réédité pour le 700e anniversaire du grand voyageur. Autre succès des Editions Le Fennec: les livres de la collection “Poche-Fennec” tels “Rêves de femmes” de Fatema Mernissi, “Dalil Al Ounfouan” de Abdelkader Chaoui ou “Imratou nisyane” de Mohamed Berrada. Ces ouvrages connaissent le succès, indique Layla Chaouni, grâce à la qualité des textes, mais surtout peut-être, à leur prix qui varient entre 10 et 20 DH. “Ce qui va à l’encontre du postulat “le Marocain ne lit pas”, souligne Layla Chaouni. Pour elle, “grâce aux prix, le livre peut toucher toutes les couches de la population”. Cette rentrée, la maison propose aussi “Cérémonie” de Yasmine Chami, version française commercialisée au Maroc et “Bidagogia al Kafayate”, traduction vers l’arabe de Pédagogie des compétences de Abderrahim Harouchi. Et pour ce Ramadan, des romans d’auteurs à succès comme “Grâce à Jean de la Fontaine”, de Mohamed Nédali, auteur de “Morceaux de choix” et “Les amours d’un apprenti-boucher” (que nos lecteurs ont pu lire en feuilleton Ramadan dernier sur les pages de L’Economiste) sont annoncés. Pour sa part, Eddif offre aux amoureux du roman, outre “L’amante du Rif” de Noufissa Sbaï (scénario du film les yeux secs de Narjiss Nej-jar), “Sur les ailes du temps”, de Anne Dhobb dont c’est le premier roman (qu’elle sort à l’âge de 84 ans) ou encore “Slim, les femmes, la mort” de Bahaa Trabelsi. La maison promet pour le mois de novembre, plusieurs nouveautés dont “Sous et soucis”, de Anas Guessous, “J’ai mal en moi”, de Souad El Alaoui Benhachem et “Salah al Dine al Ayyubi et l’ordre des Assassins” de Jurji Zaydan. De son côté, Tarik Editions, qui souligne le retard pris cette année pour la rentrée culturelle, annonce la sortie de “Soltane Tolba”, de Abdessamad Kenfaoui. Une pièce de théâtre qui a été jouée dans les années 70 mais dont l’ouvrage est inédit, précise Bichr Bennani de Tarik Editions. Parmi les autres nouveautés de la maison, deux romans de Mohamed Khaïreddine, “Agadir” et “Une odeur de Manteq”. Tarik Editions propose aussi un roman, “Le plumier ” de Mohamed Bouccara sur les problèmes de la jeunesse au Maroc et un ouvrage sur les dérives de la propriété intellectuelle, “La vie n’est pas une marchandise” de Vandana Shiva, une écologiste indienne de renommée internationale. De même qu’une reprise en édition locale d’une réflexion sur l’islam de Rachid Benzine, “Les nouveaux penseurs de l’islam” déjà éditée par Albain Michel.Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc