×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Echanges extérieurs: Les entreprises s’équipent

    Par L'Economiste | Edition N°:2833 Le 04/08/2008 | Partager

    . L’import est galvanisé par l’investissement. Au premier semestre, la facture pétrolière a augmenté de 50%La balance commerciale a dégagé au premier semestre un taux de couverture de 73,7%, contre 80,8% une année auparavant. C’est ce qui ressort des derniers chiffres de l’Office des changes.Les services sont apparus comme le fer de lance des exportations marocaines. En effet, sur la période s’étalant entre janvier et juin, le Royaume a exporté 39,2 milliards de DH de services (cf. www.leconomiste.com). Les exportations de marchandises, pour leur part, ont augmenté de 24,1%, soit +15,17 milliards de DH, pour atteindre 78,23 milliards de DH. La raison de cette hausse est imputable au phosphate et à ses dérivés, dont les exportations ont plus que doublé, puisqu’elles sont passées de 9,83 milliards à 24,87 milliards de DH. En revanche, les ventes hors phosphate et dérivés sont restées relativement stables: 53,35 milliards de DH à fin juin 2008, contre 53,22 milliards pour la même période de l’année précédente. Dans cette dernière catégorie, on retrouve notamment les produits bruts, dont l’exportation a suivi la vague haussière: 11,27 milliards de DH, soit une augmentation de 83,1% par rapport à l’année précédente.Les exportations de produits alimentaires s’élèvent à 14,50 milliards de DH (+6%). Une performance attribuée essentiellement à la bonne tenue des produits de la mer. La même progression (+6%) a caractérisé les produits finis d’équipement, qui totalisent 7,57 milliards de DH à l’export. Cette hausse est due à l’évolution de l’exportation des voitures industrielles.En revanche, les produits finis de consommation font grise mine. Leurs exportations ont connu un recul de 4,7%, dont la cause, selon l’Office des changes, serait imputable au «repli des expéditions des vêtements confectionnés et celles des articles de bonneterie». Pour ce qui est des importations, celles-ci ont atteint 154,66 milliards de DH contre 120,95 milliards à fin juin 2007, soit une augmentation de 27,9%. Les acquisitions de produits énergétiques (+48,4%) ont été déterminantes dans la hausse enregistrée. Pour leur part, les importations hors pétrole se sont accrues de 26,3% (+28,80 milliards de DH). Quant aux achats de pétrole brut, ils se sont élevés à 16,25 milliards de DH contre 11,35 à fin juin 2007. La demande en produits finis d’équipement est toujours aussi présente. Ces derniers ont connu une importation accrue de 21,8%, concernant principalement les achats de machines et appareils divers, de voitures industrielles et du matériel à broyer. Cette boulimie d’équipements reflète l’effort d’investissement des entreprises. Elle tient aussi à la forte croissance dans les BTP et le tourisme.Concernant les échanges extérieurs de services, les recettes voyages demeurent relativement stables, soit 23,88 milliards de DH contre 23,91 milliards de DH à fin juin 2007. Les dépenses voyages, quant à elles, ont augmenté de 23,4%. Quant aux services de transport, les recettes ont augmenté de 11,2%, ce qui tranche avec les dépenses dans ce même secteur, qui s’arrêtent à une évolution de 1,6%. Les services de communication s’illustrent par un recul tant au niveau des recettes (- 4,7%) que des dépenses (-23,1%). Par contre, un indice sur la santé de l’offshoring au Maroc serait celui des centres d’appel, dont les recettes ont augmenté de 20,7%, contre un recul de 4,7% de leurs dépenses.Quant aux recettes en provenance des Marocains résidents à l’étranger, l’évolution est relativement faible, puisqu’elle est de l’ordre de 5% , soit +1,21 milliard de DH, comparé à fin juin 2007. Les règlements entre le Maroc et l’étranger se sont élevés 308,32 millions de DH contre 280,18 millions une année auparavant, soit une hausse de 10%.Pour leur part, les recettes des investissements et prêts privés étrangers sont relativement stables. Elles s’arrêtent à 17,54 milliards de DH contre 17,70 milliards à fin juin 2007. Les investissements directs ont été prédominants avec 85,1% du total des recettes, suivis des investissements de portefeuille avec 13,4%. Les prêts privés, quant à eux, se sont situés dans une part de 1,5%.A.B

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc