×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Courrier des Lecteurs

    Du volume sur le marché de blocs

    Par L'Economiste | Edition N°:446 Le 18/02/1999 | Partager

    Finalement, la pause de l'IGB n'a pas duré. Le voilà qui rechute hier mercredi de 0,1% à 835,04 points. Sa performance depuis le début de l'année s'en est retrouvée à 3,9%.
    Au total, 16 valeurs parmi les 37 cotées sur le marché central (première et deuxième lignes comprises) étaient en baisse et 11 stagnaient. La plus forte baisse de la journée a été subie par Asmar (-4%) à un cours de 1.200 DH.
    A signaler aussi la chute du titre LGMC de 74,78% à 290 DH par rapport au dernier cours coté le 16 novembre 1998. Ceci est dû à l'augmentation de capital de la société et l'assimilation des actions nouvelles par 3 contre une.

    La séance a été également caractérisée par une baisse des cours de Wafabank (-0,75%) et de la SNI (-0,28%) sur le continu. "Des rumeurs qui circulaient au cours de la séance sur l'arrivée d'un grand bloc Wafabank a fait paniquer quelques porteurs", est-il expliqué.
    Les autres indices ont quasi stagné. Le CFG 25 a terminé avec +0,01% à 13.115,39 points. Même tendance pour l'USI qui s'est établi à 115.831 points, soit +0,02% par rapport à la veille.
    Globalement, la journée a été marquée par une reprise des volumes, notamment du côté du marché de blocs où le chiffre d'affaires s'est établi à 71,63 millions.
    Sur ce compartiment, trois transactions ont eu lieu. Il s'agit de BMCE (30.000 actions), Samir (9.400 actions) et Wafabank (5.400 actions).
    Comme signalé dans l'une de nos éditions précédentes, la "perturbation" des volumes d'une séance à l'autre témoigne d'une hésitation des investisseurs.

    Yousra MAHFOUD

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc