×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Doukkala-Abda/enseignement
Comment promouvoir la déontologie?

Par L'Economiste | Edition N°:2426 Le 20/12/2006 | Partager

. Thème d’un colloque national organisé à Safi Un colloque national sur la formation continue a été organisé, les 14 et 15 décembre à Safi, par l’Académie régionale de l’enseignement et de la formation (AREF) Doukkala-Abda. Cette rencontre a réuni les directeurs des académies du Maroc, les délégués de l’Enseignement, des universitaires, des inspecteurs, des enseignants et des responsables administratifs. A noter également la participation du rectorat de Nantes dans le cadre d’un partenariat établi avec l’académie Doukkala-Abda dans les domaines de la structuration de la formation et de la recherche scientifique. L’occasion a ainsi été donnée aux intervenants, représentant les différentes régions, de présenter leurs expériences en la matière. Un représentant de l’Office chérifien des phosphates (OCP) a expliqué que le développement de l’entreprise passe par la requalification des ressources humaines. «Des réajustements sont constamment nécessaires pour l’amélioration de la technicité des praticiens dans tous les domaines», indique-t-il. Par ailleurs, l’enseignement est décrit telle une entreprise pour l’apprentissage de la vie avec ses valeurs morales. Aussi, la déontologie professionnelle a été un thème très largement débattu par les intervenants. «La déontologie est aujourd’hui une valeur motrice dans les stratégies de mise à niveau de l’enseignement», explique Mohamed El Mâazouzi, directeur de l’académie Doukkala-Abda. Les conférenciers se sont penchés sur les façons d’acquérir des compétences fonctionnelles à travers des qualifications pertinentes. «Nous ne voulons pas produire des machines dotées de technicités sans humanisme», souligne le directeur. En clair, l’objectif n’est pas de former des praticiens dépourvus de toute valeur éthique. Les diplômés d’écoles, aux comportements profilés à la dimension humaine seront autrement productifs. «Des compétences de haut niveau, mais corrompues et dépourvues du sens de la citoyenneté ne sont pas un modèle prodigue pour la société», est-il ajouté. A l’issu des différents ateliers, des propositions et des stratégies ont été présentées. Il a été question de l’ingénierie de la formation avec ses cadres et ses référents. Des programmes de formation continue devraient cibler les directeurs des établissements, les inspecteurs, les enseignants et les représentants des administrations. Un autre atelier a abordé les outils des approches participatives quant à la problématique de la formation continue dans le rural. La requalification efficiente passe par l’étude de l’environnement. Ce qui est un gage de développement local. Il est question notamment de la création de centres de formation et de mise en place de formateurs dans le domaine. Les académies auront à se pencher sur une dialectique de travail sur des bases pragmatiques et de baliser des spectres de perspectives pour reconsidérer les actuels centres de formation jugés insatisfaisants. Mais, assurément, la responsabilité déontologique aura été un thème commun entre les différents ateliers.


Mode

La formation continue est décidément à la mode actuellement. Elle a été abordée lors des Assises nationales du tourisme et de la grand-messe des collectivités locales à Agadir. En matière d’enseignement, la formation cible les enseignants du cycle primaire, des collèges et des lycées, sans oublier les inspecteurs. «Le travail syndical devra aussi passer par la formation», indique Mohamed El Mâazouzi, directeur de l’académie Doukkala-Abda. La question maintenant est de savoir comment établir des paradigmes entre la demande et le devoir. De notre correspondant,Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc