×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Doukkala-Abda: Le tourisme en tête pour les futurs investissements

Par L'Economiste | Edition N°:1669 Le 24/12/2003 | Partager

. La région attend plus de 9,55 milliards de DH d'investissement avec près de 6.900 emplois à créerCe sont 268 projets totalisant plus de 9,55 milliards de dirhams d'investissements qui sont prévus dans la région de Doukkala-Abda. C'est ce qui ressort des derniers chiffres du CRI de cette région communiqués exclusivement à L'Economiste. C'est le secteur touristique qui vole la vedette et s'accapare près de 3,10 milliards de DH des futurs investissements (soit 38%). Rappelons à ce titre, que la région doit accueillir l'un des plus gros projets touristiques du Royaume dans le cadre du plan Azur. Il s'agit du complexe Al Haouzia (station Mazagan). Depuis quelques mois déjà, après appel d'offres, l'entreprise Sud Africaine Kerzner a été chargée de l'aménagement de la station et devra aussi trouver les investisseurs. Les projets touristiques instruits au CRI devront créer pas moins de 2.600 emplois. En deuxième position vient l'industrie avec des investissements prévus de l'ordre de 2,51 milliards. Les emplois à créer dépasseront 1.600. Vient après l'immobilier avec un investissement prévisionnel de 2,08 milliards DH (1.207 emplois). Le reste des investissements prévus ira aux autres secteurs pour atteindre globalement 9,55 milliards DH et un total de 6.896 emplois.Par nationalité, les investisseurs marocains arrivent en tête avec 65% du coût des projets. Pour leur part, les étrangers assureront 35% des investissements. Ces étrangers sont représentés pas l'Arabie saoudite (en tête), suivie de la France et la Grande-Bretagne. Des investisseurs Espagnols et chinois figurent aussi sur la liste. “Ceci montre que la région intéresse de plus en plus les hommes d'affaires. Nous aurons également et très prochainement de grands projets d'investissement qui vont se confirmer et multiplier les chiffres citer”, explique Mohamed Yacoubi, directeur du CRI Doukkala-Abda. Le centre a pu ainsi drainer d'importants projets d'investissement qui restent à concrétiser. “Le résultat est satisfaisant, d'autant plus que maintenant il ne faut pas plus de 9 heures et 20 minutes comme délai pour les formalités de création d'une société”, ajoute Yacoubi. Le délai d'une autorisation de construire est maintenant de 15 jours seulement. Auparavant, il fallait compter pour des mois…


Infrastructures

La région dispose des infrastructures de base pour accueillir les investissements. Elle est connectée au réseau ferroviaire par Safi et El-Jadida, et dotée d'un réseau routier de 3 185 Km et de deux grands ports par lesquels transitent 30 % des exportations industrielles nationales. Le port de Safi est considéré comme le plus vieux port de la région. Son développement a été lié à la découverte des phosphates en 1921, à l'industrie du poisson et à la réception des céréales et du soufre. Pour sa part, le port de Jorf Lasfar est l'un des grands ports minéraliers d'Afrique. Affecté essentiellement à l'exportation des produits chimiques du groupe OCP et des phosphates bruts des mines de Khouribga, le port de Jorf Lasfar a vu son trafic augmenter de 24 % en 2002 à 10,3 millions de tonnes. De notre correspondant,Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc