×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1233 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1243 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1247 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

Dossier MRE
Investissements: Ce n'est pas l'emballement

Par L'Economiste | Edition N°:1476 Le 14/03/2003 | Partager

. Les MRE transfèrent volontiers leurs économies pour acquérir un logement. Ils s'aventurent plus rarement dans un investissement productif. Et pour cause, les obstacles découragent déjà les résidents... a fortiori les non-résidentsEn matière d'investissements, les MRE ne font pas preuve de beaucoup d'originalité. C'est du moins ce qui ressort des données de la direction des Investissements extérieurs (DIE). Ce département a le mérite de dresser un état des lieux de la situation en s'appuyant sur les résultats d'une enquête menée conjointement par l'INSEA (Institut national de statistiques et d'économie appliquée) et la Fondation Hassan II pour les MRE, même si les informations restent générales et non actualisées. Le tout nouveau ministère délégué chargé de la communauté marocaine résidant à l'étranger se distingue, lui, par son mutisme. Quant aux statistiques de l'Office des Changes, elles n'intègrent toujours pas la ventilation des transferts MRE en dépôts et investissements. Au total donc, aucun chiffre officiel récent ne permet d'estimer le montant des investissements ou d'évaluer le taux de réussite des projets réalisés.Ainsi, l'investisseur qui vient avec un projet ficelé, pour le réaliser dans son pays d'origine, ne dispose pas d'historique fiable et actualisé qui lui permette de tirer profit des expériences de ses prédécesseurs. La seule manière d'éviter de reproduire les mêmes erreurs, de gagner du temps et donc de maximiser les chances de réussite. Hormis les données chiffrées, les informations qualitatives sont précieuses pour les nouveaux promoteurs, car elles contribuent à stimuler l'investissement productif et à créer des emplois. Ce double objectif est sans cesse ressassé par les décideurs politiques, mais les mesures d'accompagnement continuent de faire défaut. Qui mieux que les banques est organisé en termes de réseaux et de ressources humaines pour combler ce vide? Jusqu'à présent, elles sont restées avares en informations en matière d'investissements des MRE. Pourtant, elles sont pour la plupart dotées d'une cellule, voire d'une direction MRE, sans compter les multiples représentations dans les pays d'accueil. Une telle organisation laisse supposer que la cible est intéressante sur le plan commercial et qu'elle est traitée globalement, sur la base de ses dépôts et de ses crédits. Pour les dépôts, rien à dire. Il suffit de se référer aux états mensuels du GPBM (Groupement professionnel des banques du Maroc) pour s'enquérir de la situation. A fin décembre, les comptes-chèques MRE s'élevaient à 33,9 milliards de DH (35% du total compte-chèques), les dépôts à terme à 35,3 milliards de DH (42,5% du total de ces dépôts) et les comptes sur carnet à près de 2 milliards de DH (5% du total des dépôts sur ces comptes).Il en est tout autrement pour les encours des crédits accordés par le système bancaire. Nulle part il n'est fait mention des créances détenues par le système bancaire sur les MRE. L'enquête socioéconomique de l'INSEA qui remonte à 2000, et tente de tracer les grandes tendances des investissements MRE, précise que depuis leur installation dans les pays d'accueil à nos jours, l'essentiel des projets a été concrétisé durant les deux dernières décennies, et en particulier dans les années 90, et 60% réalisés au Maroc. En outre, la répartition régionale confirme que les lieux de naissance et de résidence avant l'émigration attirent l'essentiel des flux. Il est généralement admis que l'immobilier est l'investissement privilégié des MRE. A ce niveau, la confusion est générale, y compris chez les banquiers. Pourtant, nul n'ignore que l'achat d'un logement ou d'une maison secondaire ou d'un appartement de standing constitue un placement de bon père de famille. Cela n'a donc rien à voir avec un investissement productif!Qu'à cela ne tienne, d'après la même enquête, l'immobilier occupe de loin la première place avec près de 84% des investissements réalisés au Maroc. L'agriculture arrive en deuxième position avec 7,5% suivie du commerce (5%), de l'industrie (1,3%) et du tourisme (1,4%).A noter toutefois que les investissements hors immobilier sont plus importants à l'étranger, notamment dans les services. Ce n'est donc pas le manque de qualification des promoteurs qui explique la timidité des investissements productifs lancés au Maroc mais la complexité de l'environnement et la multiplicité des contraintes.


Les contraintes

L'enquête réalisée conjointement par la Fondation Hassan II pour les MRE et l'INSEA met le doigt sur quatre obstacles à l'investissement productif: la complexité et la lenteur administrative, la corruption, la cherté du crédit comparé au pays d'accueil et la fiscalité locale jugée contraignante et complexe. Les MRE préconisent la mise en place de lignes de financement adaptées à leurs besoins des MRE et une révision du régime fiscal. Au niveau du suivi des projets, ils réclament un traitement spécifique en matière de célérité des délais de délivrance des autorisations et d'étude des dossiers.M.K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc