×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Dossier Emploi
Enseignement supérieur: Le parcours des nouveaux doyens

Par L'Economiste | Edition N°:1667 Le 22/12/2003 | Partager

. Mohammed Refass, doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines de MeknèsMohammed Refass, 54 ans, est licencié en histoire et géographie de l’Université Mohammed V de Rabat. Il a aussi un DES (géographie humaine) de la même université (1980) et un doctorat d’Etat ès lettres et sciences humaines (géographie) de l’Université Paris I, Panthéon Sorbonne (1993). Il a démarré sa carrière en 1970 en tant que professeur d’histoire et géographie du second cycle dans un lycée à Kénitra. Il devient en 1977 enseignant-chercheur au département de Géographie à la Faculté des lettres et sciences humaines de Rabat, avant d’être maître assistant, maître de conférences et enfin professeur de l’enseignement supérieur depuis 1997. Année où il est nommé chef du département de Géographie à la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, poste qu’il occupait jusqu’à sa dernière nomination. Il a été enseignant vacataire dans plusieurs écoles d’enseignement supérieur publiques à Rabat et Kénitra. Il a donné plusieurs conférences dans des pays étrangers. Mohammed Refass est expert auprès de la Commission nationale d’accréditation et d’expertise et auprès de l’Institut européen de la Méditerranée de Barcelone. Il est membre de plusieurs associations professionnelles. Il a coécrit Atlas du Maroc paru aux Editions Jaguar et est l’auteur de nombreuses publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, entre autres. . Amina Azmani, doyenne de la Faculté des sciences et techniques de TangerAmina Azmani, 47 ans, a effectué ses études supérieures à l’Université Libre de Bruxelles en Belgique, où elle décroche une maîtrise en chimie, une agrégation pour l’Enseignement supérieur secondaire et un certificat de méthodologie spéciale. En 1983, elle obtient son doctorat d’Etat ès sciences. De retour au Maroc, elle est recrutée en tant que maître de conférences à la Faculté des sciences de Tétouan. Quatre ans plus tard, elle devient professeur de l’enseignement supérieur, une fonction qu’elle occupe encore. Pendant dix ans, elle est chef du département Chimie dans la même faculté. En 1988, elle y fonde le laboratoire de recherche de chimie organique. Depuis 1992, elle est membre de la commission scientifique de la faculté. En 1997, lui est confiée la responsabilité de l’UFR de chimie bio-organique et l’année suivante la direction scientifique du Laboratoire régional d’environnement (LRE). En février 2001, Amina Azmani devient vice-doyenne de la même faculté, un poste qu’elle occupait jusqu’à dernière nomination. Amina Azmani est par ailleurs expert permanent auprès du ministère de l’Enseignement supérieur pour l’évaluation de projets de recherche. Elle est aussi responsable d’un cycle de formation continue pour les entreprises de la région de Tétouan. Elle anime régulièrement des séminaires et fait partie de jurys dans des universités espagnoles. Dans le cadre de ses travaux, elle collabore également avec des universités françaises et belges. Enfin, Amina Azmani, mariée, un enfant, est membre de plusieurs associations oeuvrant dans le domaine de la chimie et de l’environnement. . Mohammed Zaher Benabdallah, doyen de la Faculté des sciences de MeknèsAprès une licence ès sciences physiques (option chimie) à la Faculté des sciences de Rabat, Mohammed Zaher Benabdallah, 47 ans, obtient en 1980 un DES de 3e cycle en chimie également. En 1987, il décroche un doctorat d’Etat en sciences physiques (chimie analytique), mention très honorable, avec les félicitations du jury, à l’Université de Pau (France). Il a été d’abord professeur du 1er cycle puis du second cycle dans des collège et lycée à Rabat, avant de devenir en 1978 assistant au département de Chimie de la Faculté des sciences de la même ville. En 1980, il est promu maître assistant toujours au département de Chimie. Tout en préparant son doctorat à Pau, il est chercheur stagiaire détaché. En 1987, doctorat d’Etat en poche, il décroche le poste de maître de conférences au département de Chimie à la Faculté des sciences de Meknès. En 1991, il devient professeur de l’enseignement supérieur. La même année lui est confiée une équipe de recherche en chimie analytique de l’environnement et sept ans plus tard, une UFR en chimie de l’environnement et des ressources minérales. Mohammed Zaher Benabdallah est membre de plusieurs associations professionnelles. Il a fait beaucoup de recherche dans son domaine d’activité, a encadré de nombreuses thèses et doctorats et participé à des manifestations scientifiques au Maroc et à l’étranger. . Ali Boukhari, doyen de la Faculté des sciences de KénitraAli Boukhari, 51 ans, obtient un DEA en physico-chimie des matériaux à l’Université de Bordeaux I, puis un DES de 3e cycle à la même université. En 1980, il décroche un doctorat d’Etat en physique, toujours à Bordeaux. Il intègre la Faculté des sciences de Rabat en tant que professeur. En 1990, il est promu vice-doyen de la même faculté et nommé vice-président de l’Association marocaine de cristallographie. Ali Boukhari est très actif dans le domaine de la recherche scientifique. En 1987, il devient directeur du laboratoire de chimie du solide appliquée au département de Chimie de la Faculté des sciences de la capitale. En 1998, il prend la direction des UFR (doctorat et DESA) au département de Chimie. Il a dirigé les travaux de recherche d’une soixantaine de mémoires. Il est par ailleurs auteur et coauteur de nombreuses publications scientifiques dans des journaux internationaux spécialisés. Il a participé à des colloques au Maroc et à l’étranger. Il est par ailleurs expert auprès du ministère de l’Enseignement supérieur. Jusqu’à sa dernière nomination, il était directeur du laboratoire de chimie du solide appliquée, au département de Chimie de la Faculté des sciences de Rabat. Il était également directeur du laboratoire associé francophone n°501, au département de Chimie à la même faculté. Ali Boukhari est marié et père de quatre enfants.N. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc