×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Discours d'Oujda: Un plan Marshall pour l'Oriental

Par L'Economiste | Edition N°:1479 Le 19/03/2003 | Partager

. Une mise de départ de 300 millions de DH pour lancer l'Initiative royale de développement . Chantiers prioritaires: l'autoroute Fès-Oujda et la voie ferrée Taourirt-Nador . Avec la zone franche de Nador, c'est un portail méditerranéen pour la régionUne tournée royale de plus d'une semaine à travers toute la région de l'Oriental, de Oujda à Nador en passant par Berkane et Taourirt, a marqué la population. Le Souverain a “touché au plus près les besoins et les préoccupations” de cette population, qui a toujours été “un rempart inexpugnable assurant à l'Etat marocain protection et immunité tout au long de son histoire”. SM le Roi a concocté un programme pour le décollage économique de l'Oriental, annoncé dans un discours fondateur. “Le discours d'Oujda” en finit avec la notion du Maroc inutile pour intégrer cette région dans le Maroc de demain. C'est un véritable plan Marshall pour le développement d'une région longtemps délaissée. Il est baptisé “Initiative royale pour le développement de l'Oriental” et s'articule autour de quatre axes intimement liés: stimuler l'investissement, créer des PME par les jeunes, développer des infrastructures de base et renforcer la solidarité. La mise à niveau de cette région est donc lancée. Il faut les hommes pour suivre et appliquer ce programme ambitieux.Aujourd'hui, l'heure de rééquilibrer les efforts en direction de cette région a sonné. Il s'agit d'en finir avec la thèse ayant longtemps lié le sort réservé à l'Oriental à l'ouverture des frontières avec nos voisins de l'Est. Cette thèse, développée par les cercles politiques de gauche, est obsolète. Car, depuis l'indépendance, le nombre d'années d'ouverture des frontières entre le Maroc et l'Algérie se compte sur le bout des doigts. Une quinzaine, tout au plus. Le développement doit donc être construit sur d'autres bases. D'autres niches existent. Manquaient la volonté politique et une vision stratégique. Aujourd'hui, elles sont là. Et au plus haut sommet de l'Etat. Ainsi, le Souverain a décidé de lancer cette initiative avec une dotation de départ de 300 millions de DH qui s'ajouteront aux apports d'autres institutions pour financer les projets et garantir les prêts. Il s'agit de créer les conditions propices au travail et à l'autoemploi pour atténuer le chômage qui frappe les jeunes de cette région. Cette opération est confiée au centre régional d'investissement de l'Oriental dirigé par Farid Chourak.Cette initiative s'étend également à l'équipement de la région en infrastructures de base. Des instructions ont été données au gouvernement pour inscrire dans son programme des chantiers prioritaires. Le premier concerne la réalisation de l'autoroute Fès-Oujda via Taza. Certes, ce tronçon existe dans le schéma d'armature autoroutier mais sa programmation a été mise en veilleuse. Aujourd'hui, les études de définition sont réalisées. Reste le financement. Les montages existent pour réaliser cet ouvrage qui ne manquera pas d'encourager la mobilité, faciliter les échanges commerciaux et attirer les investisseurs. L'autre chantier est incontestablement une ouverture vers le nord avec la réalisation de la voie ferrée entre Taourit et Nador. Autre instruction royale: accélérer la construction de la Rocade méditerranéenne et élargir la route nationale reliant Nador à Figuig via Oujda. Le Souverain a également annoncé la création d'une zone franche à Nador qui intègre le port, des espaces économiques, commerciaux et touristiques. L'objectif est d'ouvrir un portail méditerranéen devant la région. Cette idée est soutenue par l'aménagement de Saïdia dont le Souverain compte faire la perle de la côte méditerranéenne. Tout cela s'intègre dans le projet stratégique qui compte faire de l'espace méditerranéen un puissant levier pour le décollage économique.Sur le chapitre de l'agriculture, le plan vise des efforts pour la modernisation et le développement de l'agro-industrie. Un programme de protection et de développement de hauts plateaux et des oasis de Aïn Béni Mthar, Bouarfa et Figuig sera mis en place.Autre décision royale de taille: la création d'une faculté de médecine avec un centre hospitalier universitaire. Mohamed CHAOUI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc