×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Dialogue social
La pression sur le gouvernement s’accentue

Par L'Economiste | Edition N°:3507 Le 13/04/2011 | Partager
Des grèves programmées dans plusieurs secteurs
Hausse de 10% du smig et 800 DH de pension minimale

LES syndicats mettent la pression sur le gouvernement. Alors que le dialogue social est relancé et les discussions se poursuivent au sein des commissions ad-hoc, des grèves sont annoncées. Après la santé, hier mardi 12 avril, la fonction publique, les établissements publics et les collectivités locales débrayeront les 19 et 20 avril. Le tout assorti d’une marche programmée dimanche 24 avril dans toutes les régions. Le mouvement est initié par quatre syndicats: l’ODT (Organisation démocratique du travail), l’UNTM (Union nationale du travail au Maroc) , l’UGDT (Union générale démocratique des travailleurs) et le COM (Comité ouvrier marocain).
Pêle-mêle, les revendications portent sur la promotion exceptionnelle et la refonte de la grille d’avancement, la promotion des enseignants du primaire et du collégial ainsi que les techniciens et les infirmiers titulaires d’une licence au grade hors échelle. Autre revendication, le relèvement du smig et de la pension minimum à 4.000 dirhams. Les syndicats exigent aussi une augmentation générale des salaires de manière à faire face à la cherté de la vie ainsi que la mise en place de l’indemnité pour perte d’emploi. Le principe de l’allocation chômage a été encore une fois abordé lors des discussions en cours. Son montage est en principe prêt et il ne reste que l’aval des syndicats et du patronat. Un fonds d’amorçage alimenté par des fonds publics sera créé au départ, la prestation devant par la suite continuer à être financée par des cotisations patronales et salariales. Or, c’est particulièrement le niveau de la contribution salariale qui a depuis toujours suscité les débats. Sur les autres dossiers, les discussions menées au niveau des commissions n’ont pas encore abouti. Certaines mesures nécessitent une évaluation. C’est le cas par exemple de l’augmentation de la pension minimale. Trois scénarios sont à l’étude: une hausse à 800, 900 et 1.000 dirhams. Mais c’est une augmentation de la pension minimale à 800 dirhams qui serait la plus probable. Elle profiterait à 59.819 salariés pour un coût global de 489 millions de dirhams pour la CNSS. Pour les autres scénarios, le coût est jugé trop important, soit 696 millions de dirhams pour une augmentation à 900 dirhams et un milliard de dirhams pour l’option de 1.000 dirhams.
Concernant les conditions de stages ouvrant droit à une pension à la CNSS et en particulier l’obligation de cumuler 3.240 jours de cotisations, les études sont en cours. Car si le principe de la suppression de cette condition est adopté, il reste à définir les modalités de sortie: capital libératoire ou une pension au prorata du nombre de jours cumulés.


200 millions de dirhams pour la RATC


LES discussions sur le smig se poursuivent toujours. Une hausse de 10% est avancée mais pas encore arrêtée. Dans tout les cas, le patronat souhaite que la revalorisation tienne compte de la situation de certains secteurs tels que l’agro-alimentaire et le textile. Autre dossier, la mise en place d’un fonds pour les salariés. Ce dernier devrait servir, en cas de faillite de l’entreprise, à payer les salaires. Mais pour l’instant le mécanisme de son fonctionnement n’a pas été encore arrêté.
Par ailleurs, le cas des ex-salariés de la RATC a été résolu. L’Etat s’est en effet engagé à verser 200 millions de dirhams à la CNSS pour qu’ils puissent bénéficier de leurs pensions de retraite au niveau de la CNSS.


Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc