×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Développement: «Le Maroc serein»

Par L'Economiste | Edition N°:2283 Le 25/05/2006 | Partager

. INDH, infrastructure, habitat social, Azur, Emergence, AMO, les grands chantiers. Du beau monde pour le Carrefour du manager 2006 de l’Iscae«Votre pays est serein. Il a fait des choix irréversibles. Le choix de la démocratie, la solidarité, la modernité et l’ouverture». C’est en ces termes que le Premier ministre Driss Jettou s’est adressé à une assistance venue nombreuse à l’Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises (ISCAE). Tellement nombreuse que le grand amphi n’a pu contenir tous ces étudiants, enseignants, hommes d’affaires et personnalités de la société civile.Le chef de gouvernement n’a pas caché son enthousiasme à partager avec les étudiants la cérémonie d’ouverture de la 21e édition du Carrefour du manager, organisée le 23 mai sous le thème «Tous au service du développement économique et social du Maroc». «Je vous félicite pour votre terrible efficacité. C’est plutôt rare de pouvoir mobiliser le chef d’un gouvernement et autant de ministres pour une seule manifestation», a lancé Jettou, sous de longs applaudissements, aux responsables et étudiants de l’Iscae. En effet, et outre Jettou, ont intervenu lors de cette journée Salaheddine Mezouar, ministre de l’Industrie, Adil Douiri, ministre du Tourisme, Mustapha Mansouri, en charge de l’Emploi, et Nabil Benabdallah, de la Communication. Le Premier ministre fera un topo des grands chantiers lancés au Maroc. L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui vise à lutter contre la précarité et qui place l’homme au centre de l’action sociale, figure en tête de liste. Plus de 6 millions de personnes seront touchées par ce programme, rappelle Jettou. La santé n’est pas en reste, l’ambition étant de réaliser l’objectif «la santé pour tous». La mise en œuvre de l’assurance maladie obligatoire (AMO) a permis l’accès pour la première fois à une couverture médicale à 4 millions de personnes. Celles-ci viennent donc s’ajouter aux 4,5 millions déjà couvertes.L’habitat social connaît également un développement «sans précédent», souligne Jettou. Le rythme de production annuelle est porté de 40.000 à plus de 100.000 unités. L’infrastructure de base en milieu rural a été accélérée d’une manière «remarquable», ajoute le Premier ministre. Le Maroc a également réalisé de bons résultats dans l’éducation et la formation professionnelle, liées à la promotion de l’emploi. «Le taux de chômage se situe pour la première fois et depuis plus de 35 ans, en dessous de la barre des 10%», rappelle Jettou. D’autres secteurs connaissent également de profondes restructurations notamment l’industrie et le tourisme à travers les plans «Emergence» et «Azur». Salaheddine Mezouar et Adil Douiri ont fait un tour d’horizon de leurs domaines respectifs. Les deux ministres ont expliqué que ces secteurs figurent parmi les chantiers importants sur lesquels compte le pays pour réaliser son développement socioéconomique.


Les quatre formules antichômage

Pour une lutte efficace contre le chômage, le Maroc a adopté une politique active de promotion de l’emploi, a précisé Jettou. Cette politique s’articule autour de quatre mesures-phares. Les contrats d’insertion dans leur nouvelle formule améliorée. Ces derniers sont destinés à encourager la création du premier emploi. Les prévisions dépassent les 100.000 insertions, sur une période de 3 ans. La deuxième mesure, le programme «Indimaj», entend améliorer l’employabilité de 50.000 jeunes diplômés à la recherche d’un emploi, à travers des formations de reconversion ou de qualification. Le troisième programme, «Moukawalati», est destiné à encourager l’entreprenariat grâce à un dispositif d’accompagnement visant à créer, sur 3 ans, quelque 30.000 TPE (très petites entreprises). Quatrième mesure: l’amélioration de la gouvernance du marché de l’emploi en dynamisant la fonction d’intermédiation par la restructuration de l’Agence nationale de la promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), et en se dotant des outils de veille et de suivi que permettra l’Observatoire de l’Emploi.Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc